Energies renouvelables

Publié le par Alain GYRE

Énergies renouvelables: Une nouvelle alternative pour les foyers malgaches

     

 

Samedi, 25 Août 2012

Le désenclavement de certaines régions de Madagascar, des Terres centrales au grand Sud en passant par la région Antsiranana est telle que la majorité des communes rurales et des foyers utilisent de nouvelles sources d’énergie.

Eolienne, hydroélectricité, solaire, biomasse et géothermie sont les cinq grandes sources d’énergies exploitables actuellement. Si la commune rurale d’Ankiliabo à 70 km de Tuléar, dans la région du Grand Sud, s’essaie à l’hydroélectrique, c’est que les besoins se font ressentir. La prudence est mère de sûreté et la sécurité vient avec la construction d’infrastructures adaptées à l’environnement pour fournir de quoi allumer une ampoule, écouter la radio et profiter de divers accessoires électroniques.

Les chutes d’eau, le soleil, le vent, les marées ou les végétaux participent à la fourniture d’une énergie inépuisable. Les faits parlent d’eux-mêmes. La planète a déjà épuisé son crédit annuel de ressources naturelles selon l’Organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN). Et le pétrole, le gaz et le charbon se raréfient. La cause reste la déforestation, les incendies criminels ou accidentels dans nos parcs nationaux. Une culture intensive en lutte contre la survie. Compléter avec l’intensification de la production de combustibles : le charbon et le bois de chauffe pour plus de 90% des ménages malgaches. Une situation lassante pour la nature et pour les générations futures.

Les panneaux solaires, les éoliennes investissent les marchés et les boutiques spécialisées. L’intérêt porté par tout un chacun réside dans les publicités : « pouvoir produire soi-même de l’électricité » et ainsi d’avoir recours à une source d’énergie alternative, peu coûteuse et inépuisable. Les enseignes étalent leurs produits et quand nous demandons les spécificités des panneaux solaires, on nous répond simplement : « il faut coupler les panneaux avec un système solaire à batterie de 12 à 14 V. » Aucune autre information n’est fournie. La première raison de cette méconnaissance est peut-être que les produits vendus sont considérés comme de simples produits de consommation. C’est comme vendre des petits pains, l’on ne se soucie guère de ses propriétés, de son utilité, l’on sait juste que c’est pour produire de l’électricité. Comment ? Nous ne connaissons vraisemblablement pas la réponse.

Beaucoup de personnes s’intéressent à cette nouvelle manière de produire de l’énergie. Or, nombreux sont ceux qui achètent les panneaux solaires, l’éolienne. Les principaux clients sont les gens de la campagne qui ne sont pas encore desservis par le principal distributeur. Le problème après c’est de savoir s’en servir. Avec un mode d’emploi ? Tout dans la pratique et rien en théorie, l’on se demande bien si ce n’est que la vente et le profit qui intéressent certains enseignes. Et ce phénomène prend de l’ampleur et s’aggrave de jour en jour. « J’ai eu un problème lors de l’installation des panneaux solaires, je suis revenu dans le magasin mais apparemment, personne n’est qualifiée. » déplore Ranaina, un habitant d’Ambohidratrimo. Cet homme d’une cinquantaine d’années, transporteur avait acheté le kit de système solaire et a eu la mauvaise surprise de ne pas être calé sur la manière d’installer l’appareil. Outre les magasins spécialisés en matière d’énergies renouvelables, aucun autre enseigne ne devrait promouvoir ce genre d’articles. Ou autant faire la demande auprès de la société distributrice d’eau et d’électricité pour les services de professionnels.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article