Enfants disparus: L’instabilité familiale incite les jeunes à fuir

Publié le par Alain GYRE

Enfants disparus: L’instabilité familiale incite les jeunes à fuir          

Vendredi, 23 Mai 2014

Le nombre d'enfants disparus, égarés et/ou abandonnés à Antananarivo ne cesse d'augmenter ces derniers temps. Sur 80% des cas, la maltraitance intrafamiliale incite les enfants à quitter le cocon familial. Hors de leur domicile et livrés à eux-mêmes, la plupart se trouvent dans une situation de survie comme la traite d'enfants dont la prostitution infantile, le travail domestique et autres pires formes de travail des enfants. De plus en plus d’enfants disparaissent à Madagascar. L’an dernier, de janvier à décembre, quelque 1.310 enfants ont disparu pour plusieurs raisons.

 

Les disparitions ont pris de l’ampleur depuis le début de la crise en 2009. Sur 745 filles déclarées disparues, seules 240 ont pu être retrouvées, tandis que 505 restent introuvables. Chez les garçons, 302 sur 565 portés disparus ont été découverts sains et saufs, alors que 263 n’ont donné aucun signe de vie. A Madagascar, les enfants disparus ont en moyenne entre 11 et 19 ans. Ces enfants fugueurs se trouvent dans une situation de vulnérabilité comme l’exploitation par le travail, la déscolarisation, la malnutrition, l’insécurité…

 

Souvent, les parents de ces enfants informent le retour de ces enfants disparus à la police et, il se peut que bon nombre d’enfants soient retournés à la maison mais n’ont pas été déclarés. Pour ceux qui travaillent en tant que domestiques, 328 ont abandonné leur poste de travail. Bien que peu nombreux, il existe des organismes qui s’occupent de ces enfants disparus, notamment le Syndicat des Professionnels en Travail Social (SPDTS). Il s’agit d’une association des professionnels diplômés en travail social, régie par la loi 2003-044 du 28 juillet 2004. Le SPDTS est présidée depuis le 2 juillet par Norotiana Jeannoda Randimbiarison.

 

Journée internationale des enfants disparus

 

La journée internationale des enfants disparus sera célébrée ce 25 mai. Pour l’occasion, le SPDTS et la Police des Mœurs et de Protection des Mineurs (PMPM) organiseront une séance d'information/formation, avec le financement de l'Union européenne. «Lien entre la disparition d’enfants et la traite d’enfants à Madagascar et la nécessité de l’opérationnalisation du système de recherche de famille pour les enfants disparus, égarés et/ou abandonnés» sera le th-me de la formation qui aura lieu le 23 Mai 2014. Les contenus seront axés sur certaines questions dont : • Disparition, égarement, abandon • Constat et réalité • Causes et conséquences • Que font les enfants pendant leur disparition ? • Lien entre la disparition d'enfants et la traite d'enfants • Circuit de prise en charge et nécessité de la mise en réseau • Ce que la loi en dit.

 

NIR

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article