Enseignement public : Encore quelques inscriptions en cours le jour de la rentrée

Publié le par Alain GYRE

Enseignement public : Encore quelques inscriptions en cours le jour de la rentrée

 (08-10-2013)

C’était le jour J, hier, pour les élèves de l’enseignement public qui ont retrouvé le chemin des écoles. Certains établissements ont connu une légère baisse du nombre d’inscrits.

 

  1-rentree.jpg

 

Plusieurs semaines après le début de l’année scolaire dans les établissements d’enseignement privé, les élèves du public retrouvent, à leur tour, le chemin de l’école. Depuis hier, jour de la rentrée, les élèves entament le premier trimestre de cette année scolaire 2013-2014, lequel durera jusqu’au 20 décembre prochain. Mais alors que certains élèves retrouvent leur rythme d’écoliers, d’autres enfants n’ont pas encore pu rejoindre leurs camarades, tout simplement parce qu’ils n’ont pas encore pu s’inscrire, faute de moyens. Quelques établissements ont enregistré une légère baisse du nombre d’inscrits, avec environ deux tiers de leurs élèves ayant complètement achevé les démarches d’inscription.

 

Liste d’attente. Hier, l’on a pu constater la présence de nombreux parents d’élèves dans plusieurs écoles primaires publiques (EPP) de la capitale, former des files d’attente pour inscrire leurs enfants, même si la date limite pour les inscriptions est déjà largement dépassée. Les responsables des ces EPP acceptent encore de recevoir ces inscriptions, et les mettent sur liste d’attente. En effet, des parents d’anciens élèves ont demandé aux responsables d’établissement d’accepter quelques jours de délais pour le versement des frais d’inscription. Ces derniers ont affirmé devoir accepter, vu la situation difficile dans laquelle se trouve la majorité des parents d’élèves de ces établissements. Ils attendront que la liste définitive des élèves soit définitivement arrêtée avant d’accepter de nouveaux élèves. Ces derniers le seront en fonction de leur numéro sur la liste d’attente. Il s’agit en majorité d’élèves anciennement scolarisés dans le privé, mais qui ont dû intégrer des établissements publics faute de pouvoir payer les écolages et les frais d’inscription, plus élevés dans le privé. Rappelons que les frais d’inscription dans les EPP sont compris entre Ar 13 000 et Ar 20 000. Cette somme comprend les droits d’inscription et les cotisations pour le paiement des salaires des enseignants FRAM. Ce qui explique l’inégalité entre les écoles au niveau des sommes à payer, les montants des cotisations variant d’une école à l’autre, en fonction des besoins et le nombre d’enseignants FRAM.

 

Hanitra R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article