Enseignement : Un coup de pouce pour une cantine scolaire à Toliara

Publié le par Alain GYRE

Enseignement : Un coup de pouce pour une cantine scolaire à Toliara    

Mardi, 04 Mars 2014 10:05

 

La signature de partenariat entre la Fondation Telma, la société Guanomad et l'ONG Mondobimbi Tafit a eu lieu la semaine dernière.

 

Grâce à cette collaboration, la cantine scolaire sera désormais approvisionnée régulièrement, ce qui implique 250 orphelins et enfants démunis qui pourront manger convenablement durant cette année scolaire. L'ONG œuvre depuis 2001 dans l'aide humanitaire, la bienfaisance, l'éducation des enfants orphelins et vulnérables et s'occupe actuellement d'environ 250 enfants. Mise à part la scolarisation, ces enfants pratiquent des activités éducatives et bénéficient de divers apprentissages et orientations professionnelles.

 

À cause d'un manque de ressources, l'ONG est dans l'obligation de réduire considérablement ses activités. Même la cantine scolaire dont bénéficient les 80 enfants en internat, a été suspendue depuis octobre 2013. Ensemble, la société Guanomad et la Fondation Telma estiment faire une donation de denrées alimentaires mensuelle environnant les 500 kg de riz et 80kg de pois secs à partir de ce mois de mars.

 

Concernant la Fondation Telma, l'éducation et l'aide à la jeunesse malgache font partie de ses priorités. Ce projet permet de poursuivre son désir d'élargir ses interventions au bénéfice des défavorisés dans les régions plus éloignées dont la population de Tuléar. Rappelons qu'en 2012-2013, la Fondation Telma a procédé à des séries d'interventions d'aide humanitaire d'urgence pour les sinistrés avant, pendant et après le passage désastreux du cyclone Haruna. Des interventions qui ont valu à la Fondation le titre de «Meilleur Acteur Humanitaire» par le Bureau National de la Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) ainsi que les agences du Système des Nations unies.

 

Situé à 936 km au Sud-ouest d'Antananarivo, Toliara a connu au cours des deux dernières décennies un boom démographique en raison d'un exode rural massif portant aujourd'hui la population de l'agglomération à plus de 200.000 habitants. Malgré le déclin du secteur industriel, la ville portuaire se spécialise dans l'import-export de produits variés dont le sisal, le coton, le riz, l'arachide et le savon. L'économie locale reste dominée par une minorité d'Indo-pakistanais «Karana» installés depuis plusieurs générations. Ils ont mis la main sur divers secteurs allant du commerce de gros aux transports en passant par l'hôtellerie et l'industrie.

 

L'Université de Toliara est, historiquement, le plus ancien centre d'enseignement supérieur décentralisé créé en 1971 résultant du démembrement de l'Université de Madagascar. La ville de Toliara possède un lycée technique et deux lycées d'enseignement général (le lycée Laurent Botokeky et celui d'Antaninarenina), des écoles privées et confessionnelles telles que le Collège Sacré-Cœur Tsianaloke et Mahavatse, l'École Notre Dame de Nazareth, l'École Père Baré... et également un Collège français, le Collège Étienne de Flacourt [1][2]. Il n'y a pas de lycée français à Toliara. Après la troisième, les parents envoient leurs enfants à Antananarivo pour poursuivre le lycée. L'épanouissement d'un enfant allie, entre autres critères, une éducation convenable et une alimentation saine.

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article