Environnement – Le sachet plastique interdit en 2015

Publié le par Alain GYRE

Environnement – Le sachet plastique interdit en 2015

revue-de-presse-11-0840.jpg

Le sachet plastique obstrue aussi les canaux d’évacuation d’eau.

 

09.10.2014

 

Les écologistes se sont félicités de l’interdiction de l’utilisation du sachet plastique, approuvé par le conseil de gouvernement, mardi. Les industriels se sentent lésés par la démarche adoptée.

 

Mesure révolutionnaire en faveur de l’environnement ! Le conseil de gouvernement tenu à Mahazoarivo mardi, a adopté le projet de décret portant l’interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des sachets plastiques sur le territoire national malgache. « La production pour le marché local, la commercialisation, la distribution  et l’utilisation des sachets et sacs plastiques visés par le présent projet de décret, sont interdites sur le territoire de la république de Madagascar, à partir du 1er mai 2015, et l’importation des sachets et sacs plastics, est interdite à partir du 1er février 2015 », a expliqué le communiqué du conseil de gouvernement.

Cette nouvelle loi permettra ainsi à Madagascar d’emboîter le pas à bon nombre de pays africains. Aussi, le Mali et la Mauritanie ont adopté l’année dernière l’interdiction de la production, la commercialisation et l’usage de sachets plastiques. La Tanzanie, l’Ouganda, l’Afrique du Sud et le Kenya avaient déjà également interdit les sachets de petite taille. La mesure la plus radicale a été adoptée par le Rwanda et la Somalie, en interdisant totalement ce produit, suivi d’une peine d’emprisonnement et d’une amende en cas d’infraction.

Nocivité

La nouvelle mesure annoncée se présente ainsi  comme une grande victoire pour les écologistes. Ces derniers qualifient depuis des années le sachet plastique comme un produit très nocif pour l’environnement. « Il faut plus d’un siècle pour faire disparaître un sachet  plastique. Ce produit en suivant les cours d’eau se jette aussi dans la mer et étouffe la biodiversité marine. C’est toute une vie marine qui est menacée par ce produit, s’il envahit une portion de mer », a expliqué un enseignant à la faculté des Sciences. La biodiversité n’est pas la seule menacée par le sachet plastique. Ce produit non biodégradable obstrue aussi les canaux d’évacuation d’eau provoquant des inondations dans les zones urbaines.

Le plus grand perdant face à cette décision gouvernementale sont les industriels. La nouvelle mesure a été prise comme un coup de massue par Stéphane Raveloson, président du syndicat des industries de Madagascar. « Il y aura des emplois perdus et des industries fermées », a-t-il réagi à chaud. À l’entendre, il faudrait une concertation avant d’adopter une telle loi. « Cette mesure n’est pas opportune en cette période de sortie de crise. Il faut un investissement conséquent pour faire face à cette nouvelle loi », a ajouté Stéphane Raveloson. Aucun détail sur la sanction infligée aux industriels, ni la mesure d’accompagnement relative à cette nouvelle loi, n’a été dévoilée hier par les responsables du ministère de l’Environnement, de l’Écologie et des Forêts. « Il faudrait une concertation entre les ministères concernés et les intéressés avant de dévoiler le détail de cette mesure », conclut un responsable du ministère de l’Environnement, de l’Écologie et des Forêts.

 

Vonjy Radasimalala

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article