Environnement : Melaky et Menabe partent en fumée

Publié le par Alain GYRE

Environnement : Melaky et Menabe partent en fumée

1-feu.jpg

Les feux de brousse rongent petit à petit les forêts pour s’attaquer aussi aux aires protégées et aux points d’eau qui tendent à disparaître à grande vitesse

 

La saison des feux de brousse débute avec une centaine de foyers d'incendie. Les moyens pour y faire face demeurent toujours limités, malgré l'ampleur du fléau, au fil des années.

 

Le Système d'alerte aux feux, des données provenant des satellites Terra et Aqua de l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (NASA), ne présage pas de bonne nouvelle en ce début de la saison des feux de brousse. La forêt et la brousse du versant occidental de la Grande île constituent aujourd'hui la proie des feux. Ce fléau affecte notamment deux régions, Melaky et Menabe.

À entendre Simon Christophe Raleva, secrétaire général au sein de la région Melaky, les mesures envisagées pour atténuer ces feux restent sommaires, faute de moyens financiers. « Actuellement la lutte contre les feux de brousse est associée au droit coutumier (Dinan'i Melaky Tsy mipoly). Mais aucune application n'a encore été effectuée pour les gens qui brûlent la forêt. C'est la sensibilisation qui est primée dans ce cas sur des stations de radio locales, à cause de moyens financiers limités », précise-t-il.

Une source auprès du ministère de l'Environnement et des forêts a également avancé le même argument. « Nous sommes en pleine réunion de travail pour faire face à la saison des feux de brousse. Mais comme vous le savez, avec la crise politico-économique que traverse notre pays, les moyens financiers demeurent limités. Aussi, c'est le travail de sensibilisation qui pourrait être renforcé », confie notre source.

Travail de sensibilisation

Ce travail de sensibilisation semble pourtant peu fructueux à en juger le rapport biannuel du Système d'alerte aux feux. En effet, si les satellites ont détecté 7 611 foyers de feux de brousse en juillet 2010, ils ont atteint 8 741 en 2011. Le pic, atteint en septembre 2011, culmine à plus de 15 000 foyers contre 10 000 en 2010.

« Le manque de pâturage, la lutte contre l'insécurité et les criquets, ainsi que la culture sur brûlis constituent les principales causes des feux de brousse dans notre région. Il faut un travail de longue haleine et des moyens financiers, ainsi que des ressources humaines conséquentes pour diminuer les feux de brousse », ajoute Simon Christophe Raleva.

Mais le principal danger est que les feux de brousse grignotent chaque année des aires protégées et assèchent les sources. Une centaine de sources ont disparu depuis quelques années, selon les études menées par Conservation International, cette année.

 

 

Vonjy Radasimalala

 

Mardi 11 juin 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article