Exportation de sisal: Le pays n’arrive pas à suivre la demande

Publié le par Alain GYRE

Exportation de sisal: Le pays n’arrive pas à suivre la demande       

Lundi, 09 Décembre 2013

Pendant la période sous revue de Mai / novembre 2013, les données de Wilhelm G.

 

Clasen qui est une maison de commerce avec une forte part de marché dans le monde entier pour les fibres naturelles et les fils, les toiles, les sacs ainsi que d'autres textiles techniques, font état qu’il y avait forte demande pour les fibres de sisal de l’origine de Madagascar. A cause des disponibilités manquantes des qualités supérieures des fibres de sisal de la production brésilienne, également le Madagascar recevait attention croissante de la part des acheteurs des fibres de sisal comme le Kenya et la Tanzanie. Des statistiques des douanes de Madagascar couvrant la période janvier/septembre 2013 montrent des exportations de 5.441 tm. L’acheteur le plus important était la Chine avec 2.982 tm, suivie par le Maroc avec 1.365 tm. Les exportations à ces deux pays représentent 80 % des exportations des fibres de sisal du Madagascar. La production de sisal du Madagascar ne peut guère répondre à la demande croissante.

 

Dans ce sens, la même source mentionne que les prix suivaient les prix du marché du sisal de l’Afrique de l’Est. La situation des embarquements et des taux de frets restait inchangée pendant la période sous revue en comparaison des informations du dernier Rapport du Marché de Sisal.

 

Tout comme avant il n’y a qu’une compagnie maritime servant le port d’Ehoala à intervalles d’env. 4 semaines. Les conditions

 

climatiques étaient normales. Néanmoins, à partir de septembre il n’y avait pas des chutes de pluies et ensuite la situation de sécheresse a un effet négatif sur les feuilles des plantes de sisal et la production des fibres de sisal souffrent particulièrement. Afin d’être á même de continuer la production des quantités importantes de bonne qualité des chutes de pluies adéquates et bénéficiaires sont nécessaires. Si celles-ci restent absentes les disponibilités peuvent devenir rares et les plantations de sisal doivent décider si le coupage des feuilles de sisal est à suspendre pour éviter des dommages supplémentaires pour les plantes de sisal.

 

Déjà dans le dernier Rapport du Marché de Sisal on a traité le sujet de la situation hors-la-loi dans le sud de Madagascar. Depuis ce rapport la situation se détériorait de plus en plus avec un Gouvernement en titre ne voyant aucune nécessité d’intervenir pour l’amélioration de la situation…

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article