Exportation de vanille: Un objectif de 2 000 tonnes pour 2014

Publié le par Alain GYRE

Exportation de vanille: Un objectif de 2 000 tonnes pour 2014      

Mardi, 29 Juillet 2014

 

C’est l’objectif de la filière pour l’actuelle campagne.

 

Le volume exporté lors de la dernière campagne a été de 1 700 tonnes, contre 1 500 tonnes en 2012 pour un besoin mondial de 2 300 tonnes. Jusqu’ici, Madagascar est le premier mondial dans cette filière. Et si l’objectif 2014 est atteint, le volume exporté va augmenter sur 3 campagnes successives. La vanille est l’un des rares secteurs où le pays se hisse à la tête d’un classement international. La vente de vanille immature risque toutefois de ternir l’image de la vanille de Madagascar. C’est pourquoi près de 3 600 kg de vanille vendues en dehors de la campagne d’ouverture ont été saisies courant juin 2014 à Mahanoro. Cette mesure a été prise pour rehausser la qualité de la vanille et permettre au pays de garder sa place de leader. La Grande Ile assure plus de 60% de la demande mondiale en vanille naturelle. D’après trademap.org/CCIA, le top 3 des pays acheteurs de ce produit est en 2012 constitué par la France (pour une valeur proche des 30 millions US$ pour 800 tonnes), l’Allemagne (un peu plus de 15 millions US$ pour près de 400 tonnes) et les Etats-Unis (15 millions US$ pour 450 tonnes). Actuellement, les négociations sont en cours pour augmenter le volume exporté pour la campagne 2014.

 

Notons que les autres pays importateurs de la vanille de Madagascar sont par ordre décroissant le Canada, la Belgique, le Japon, la Suisse, l’île Maurice, l’Indonésie et le Pays-Bas. Le Canada a importé un peu plus de 5 millions US$ en 2012. Les autres qui constituent le top 10 des principaux clients de Madagascar représentent une valeur plutôt négligeable en matière d’importation de vanille du pays. Les négociations devraient donc se focaliser sur les trois pays principaux mais rien n’interdit les acteurs concernés de ratisser large en se focalisant aussi sur le reste du top 10 et sur d’autres marchés tant régionaux qu’internationaux. La présence de l’île Maurice parmi les 10 principaux clients pour la vanille de Madagascar devrait, en effet, donner des indications sur la demande au niveau régional, notamment pour l’industrie agroalimentaire, cosmétique... Les pays industrialisés de la région ne foisonnent peut-être pas mais il y a la géante qu’est l’Afrique du sud. Les deux pays appartiennent d’ailleurs au même bloc régional, c'est-à-dire la SADC. Cette adhésion devrait faciliter les échanges commerciaux et aider Madagascar à mieux intégrer son économie à la région. D’ailleurs, la proximité de l’Afrique du sud n’est plus à démontrer s’il est, par contre, un peu plus difficile d’atteindre des marchés des pays membres du COMESA à cause du transport.  

 

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article