Fanivelona: des jumeaux sauvés du tabou

Publié le par Alain GYRE

Fanivelona : Des jumeaux sauvés du tabou

Des villages antambahoaka ont levé l’interdit de garder les jumeaux

La société antambahoaka évolue dans le bon sens quant à certaines traditions. De plus en plus de parents n’abandonnent plus leurs jumeaux mais les élèvent.

Les jumeaux de Fanivelona en fête. Ce village situé à 7 km de la ville de Nosy-Varika a célébré le 30è anniversaire de la levée de l’interdit d’élever des jumeaux dans la localité, selon une coutume de la tribu antambahoaka. Ainsi, 54 jumeaux, âgés de quelques jours à 30 ans, ont été les vedettes de cette journée mémorable. À l’occasion, ils ont ceint le front d’un bandeau blanc.

« Je suis en vie et je vis la vie que je veux », a déclaré Fidèle, fils de Letelo II, l’un des premiers jumeaux nés après la levée du tabou, en marge de la cérémonie.
Son père, lui, était tout aussi fier d’avoir été un pionnier. Mais, le plus ému au cours des festivités aura sans doute été l’ampanjaka Tavelo, qui avait conduit son peuple à accepter de garder les enfants jumeaux.

« Nous avons décidé d’outrepasser la loi des ancêtres, et nous avons tenu à respecter les rites et leur rendre hommage avant de prendre la décision », a-t-il mentionné au cours de la cérémonie.
Réfractaires

Rappelons que des rituels ont été entrepris pour lever l’interdit.

« J’aurais souhaité participer à la campagne de sensibilisation pour convaincre les ampanjaka de ne plus obliger les parents à abandonner leurs jumeaux. J’espère avoir servi de modèle », a poursuivi l’ampanjaka Tavelo, presque centenaire.

Le conseiller spécial du Premier ministre, Fulgence Fanony, a promis des distinctions honorifiques à ceux qui ont permis la levée du tabou des jumeaux.

Selon le Pr Ignace Rakoto, co-auteur d’un ouvrage sur les jumeaux de Mananjary, édité par le Capdam et soutenu par l’Unicef, trois villages restent réfractaires au changement. Leurs ampanjaka refusent encore de garder les jumeaux. Ceux qui le font sont rejetés par la société.

Fatma Samoura, représentante résidente du système des Nations unies, à la tête d’une délégation, a rendu un hommage appuyé aux chefs

Vonjy Radasimalala

Samedi 07 juillet 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article