Fête des pères

Publié le par Alain GYRE

Bonne fête à tous les papas, papas de sang, papas d'adoption, papas de coeur...

 

2ans : « Papa »

3ans : « Papa, je t’aime »

10 ans : « Papa, n’importe quoi! »

16 ans « Oh mon Dieu!, mon père m’énerve »

18 ans : « le veux partir de cet appart »

25 ans : « Papa tu avais raison »

30 ans : « Je veux retourner chez mon père »

50 ans : « Je ne veux pas perdre mon père »

70 ans « Je donnerai n’importe quoi pour revoir mon père »

 

On n’a qu’un seul père.

 

Bonne fête Papa

 

 

 

 

M O N    V I E U X

 

Dans son vieux pardessus râpé
Il s´en allait l´hiver, l´été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux.

Y avait qu´un dimanche par semaine
Les autres jours, c´était la graine
Qu´il allait gagner comme on peut
Mon vieux.

L´été, on allait voir la mer
Tu vois c´était pas la misère
C´était pas non plus l´paradis
Hé oui tant pis.

Dans son vieux pardessus râpé
Il a pris pendant des années
L´même autobus de banlieue
Mon vieux.

L´soir en rentrant du boulot
Il s´asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux.

Les dimanches étaient monotones
On n´recevait jamais personne
Ça n´le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux.

Dans son vieux pardessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait
On l´entendait gueuler un peu
Mon vieux.

Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux.

Chez nous y avait pas la télé
C´est dehors que j´allais chercher
Pendant quelques heures l´évasion
Tu sais, c´est con!

Dire que j´ai passé des années
A côté de lui sans le r´garder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux.

J´aurais pu c´était pas malin
Faire avec lui un bout d´chemin
Ça l´aurait p´t´-êt´ rendu heureux
Mon vieux.

Mais quand on a juste quinze ans
On n´a pas le cœur assez grand
Pour y loger tout´s ces chos´s-là
Tu vois.

Maintenant qu´il est loin d´ici
En pensant à tout ça, j´me dis
"J´aim´rais bien qu´il soit près de moi"
PAPA...

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article