FIER Mada: une foire aux goûts et produits multiples

Publié le par Alain GYRE

Fier-Mada: Une foire aux goûts et produits multiples

     

 

Samedi, 04 Août 2012

De l’igname blanc et rouge, des carpes, des confitures avec des mélanges inédits, de la papaye verte confite, des épices difficiles à trouver sur le marché comme le combava et le curcuma, sans oublier des produits artisanaux originaux… La foire Fier-Mada continue à émerveiller les visiteurs jusqu’au 5 août. Certes, des visiteurs s’attendent à des prix cassés, mais il faut noter que la plupart des exposants se comportent en professionnels, qu’ils soient paysans, entreprises ou ONGs… Contrairement à certaines foires donc où les produits sont plutôt bradés, ces professionnels n’entendent pas afficher des pertes. C’est ainsi que le kilo de la carpe est à 8 000 Ar, contre 2 500 à 4 000 Ar pour l’igname, 2 000 Ar pour l’orange, 1 000 à 3 000 Ar pour un sachet d’épices, 4 000 Ar pour une pierre volcanique taillée pour le massage, etc. Des exposants habitués de cette foire reviennent tous les ans et avancent que leur participation leur permet d’améliorer notamment leurs produits et leur présentation. C’est ainsi que l’on peut trouver du miel dans des bouteilles neuves ou conditionné dans un sachet transparent épais. Cet emballage permet de proposer le produit dans les supermarchés ou même à l’exportation.

Il faut aussi remarquer que les paysans exposants à cette foire y sont en général grâce à des projets de développement. Ce schéma se répète tous les ans et ne concerne pas seulement la Fier-Mada. Il est observé dans presque toutes les foires agricoles organisées dans le pays. Comme quoi, le monde paysan a besoin d’un soutien plus efficace de l’Etat pour voler de leurs propres ailes, étant donné que les projets sur financement extérieur ne sont pas éternels. Certes, il s’en crée de nouveaux après la clôture des autres, mais les résultats ne sont donc pas pérennes. D’où l’impossibilité pour les paysans de participer à leurs propres frais à des manifestations commerciales. Celles-ci permettent toutefois d’échanger avec les autres paysans, de dénicher des opportunités de marché, des partenaires, etc. C’est grâce à sa participation à la Fier-Mada 2011 qu’une petite société spécialisée dans la fabrication de produits artisanaux en fibre de sisal a pu étoffer sa clientèle. Voilà pourquoi elle revient à la foire en 2012.

Il faut toutefois noter que la persévérance, la passion et la curiosité peuvent aussi aider des paysans à aller plus loin et ce, sans le soutien ni d’un projet de développement ni de l’Etat. C’est le cas d’Amoron’i Mania voasary qui écoule en moyenne 2 000 jeunes plants d’agrumes à raison de 2 500 Ar/unité à chaque foire où elle est présente. Après Fier-Mada, elle participera à une foire organisée dans l’Alaotra et a mis au jour de nouvelles variétés d’agrumes.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article