Fihadiana fototra: Le premier coup de pioche

Publié le par Alain GYRE

Fihadiana fototra: Le premier coup de pioche

 

 

 

05/02/13 |  Traditions

A Madagascar, le creusement des fondations est de toute première importance quand on construit sa maison. Pour cela, on fait appel à l’astrologue qui n’hésitera pas à modifier vos plans selon les indications reçues de la terre et des étoiles.

1 fondation

Dès 5 heures du matin, tous les invités (parents et amis proches) sont déjà là, tandis que les maçons, arrivés une heure plus tôt, finissent de délimiter le quadrilatère de la future fondation. Aujourd’hui est un grand jour pour Raharimanitra qui s’apprête à débuter les travaux de sa future maison à Amboditsiry. Cette cérémonie du fihadiana fototra (littéralement creuser une fondation) est un évènement très important dans la vie des Malgaches, à ne surtout pas négliger. Pour s’y conformer, Raharimanitra a fait appel au mpanandro (astrologue) attitré de sa famille, un géomancien réputé pour sa « science du ciel et de la terre ».

Depuis trois générations rien ne se construit sans lui. C’est lui qui arrêté la date du début des travaux en fonction de l’alignement des astres. « Ne pas s’y plier exposerait la maison au mauvais sort », explique Raharimanitra. Il arrive souvent que l’astrologue apporte des modifications au plan initial ou change carrément l’orientation de la maison ! Pour le fihadiana fototra, tout est calculé dans les moindres détails : le premier coup de pioche aura lieu à 11 heures au plus tard et les travaux devront cesser avant 17 heures. « Tout ce qui est bénéfique à la vie doit être fait à la lumière du soleil, le soir c’est pour la mort », souligne Henri Randrianjatovo, président du Trano Kolotoraly Malagasy, l’association des astrologues malgaches.

Le coup d’envoi est donné à l’issue d’une petite prière collective. Le rituel veut que ce soit un jeune homme de 20 ans au plus et n’ayant aucun lieu de parenté avec le propriétaire qui creuse en premier à l’endroit exact prescrit par l’astrologue. Tous les invités s’y mettent à leur tour en veillant bien à piocher dans le sens des aiguilles d’une montre. « Le sens inverse évoque la mort et entraîne le malheur », commente Henri Randrianjatovo. La terre récupérée est déposée dans l’enceinte de la future maison, et surtout pas à l’extérieur : « La terre signifie la richesse et doit faire corps avec la maison », convient l’astrologue.

À midi et demi, tout le monde pose les outils pour manger un morceau. Au menu, riz aux tripes de zébu et haricots sec. Les assiettes sont généreuses, quasiment un festin « J’ai prévu 15 kg de viande et six kilos de haricots », précise Raharimanitra. C’est beaucoup plus qu’il n’en faut, mais il est bon qu’il y ait des restes, promesse de prospérité pour la famille. La pose de première pierre aura lieu dans les 72 heures, et forcément un jour impair, réputé bénéfique.

1 fihadiana-in

Chez les jeunes générations, notamment en milieu urbain, toutes ces prescriptions ont tendance à tomber en désuétude. Pour Henri Randrianjatovo, c’est une vraie source d’inquiétude. « Ils n’ont pas reçu la bénédiction. C’est pour cela que les familles sont de moins en moins prospères et que les maisons tombent plus rapidement en ruine qu’avant », assure-t-il.

Henri Randrianjatovo : +261 33 11 362 29


Propos recueillis par Solofo Ranaivo
(article publié dans no comment magazine n°37 - Fevrier 2013 ©no comment éditions)

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

 

Publié dans Coutumes

Commenter cet article