Filière agrumes: bientôt un livre technique pour les paysans

Publié le par Alain GYRE

Filière agrumes: Bientôt un livre technique pour les paysans

     

 

Vendredi, 03 Août 2012

Présente à la foire Fier-Mada qui se tient à l’ESSCA à Antanimena du 1er au 5 août, la société Amoron’i Mania voasary (AMV) gérée par Richard Ravonindrato veut partager un peu plus ses expériences dans l’agrumiculture.

Le gérant prévoit de publier bientôt un livre technique sur la filière. Il précise : « L’objectif est d’aider les paysans à récolter des résultats plus que satisfaisants. Auparavant, nous avons déjà sorti des documents techniques, mais cette fois-ci, il s’agit d’un vrai livre ». Ce projet prend forme à la suite des expériences et recherches menées depuis quelques décennies par le gérant. Il avance qu’il a suffisamment accumulé des données techniques à même de rendre plus performante l’agrumiculture. Il en donne un aperçu : « Si vous utilisez des pailles de riz comme engrais, les pailles contiennent 60% de matière organique dont 0,7% d’azote, 1% de phosphore et 2% de potassium, des micronutriments proches des besoins de l’oranger ». Par ailleurs, le gérant d’AMV a créé de nouvelles variétés dont un croisement de mandarine et d’orange. L’une de ces variétés avec des feuilles ressemblant à celles d’un pêcher, produira pour la première fois cette année. Les deux autres pour 2013.

Notons que la filière suscite un intérêt de plus en plus croissant, que ce soit chez les paysans ou chez les citadins. L’AMV écoule en moyenne 2 000 pieds d’agrumes à chaque foire où elle participe. Pour la Fier-Mada devenue une référence nationale en matière de foire agricole, cette société est obligée de faire venir d’Ambositra plus de jeunes plants que prévus. Un jeune plant d’oranger coûte 2 000 Ar et les calculs d’AMV font ressortir que les dépenses sont de 20 000 Ar par pied sur 3 ans. L’oranger fructifie à partir de la 3ème année avec un rendement minimum de 10 à 15 kg par pied. La production augmente au fur et à mesure. A la 10ème année, elle atteint les 200 kg par pied. Si on se base sur un prix minimum de 1 000 Ar/kg, les dépenses sont amorties dès la 5ème année. Dans l’Amoron’i Mania, le prix au producteur est de 2 000 Ar/kg. Cela veut dire que l’agrumiculture rapporte plus que le riz. Le coût moyen pour le riz est de 1,2 million Ar/ha, contre 2,750 millions Ar pour une plantation d’orangers. Mais cette dernière rapporte plus car un oranger est très performant jusqu’à l’âge de 35 ans. Le plant meurt au bout de 60 ans.

Comme quoi, l’agrumiculture procure un revenu non négligeable tout en participant à l’amélioration de l’environnement. Ces 5 dernières années, l’AMV vend 20 000 pieds par an répartis un peu partout à Madagascar. Outre le marché local, elle estime que la filière peut aussi percer le marché international. Les plants qu’elle a distribués devraient rapporter bientôt 200 t d’agrumes par an, un volume qui devrait répondre à la demande du marché international.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article