Filière haricot – La médiocrité de la qualité reste un gros handicap

Publié le par Alain GYRE

Filière haricot – La médiocrité de la qualité reste un gros handicap

 

 

19.08.2014

 

 

Les haricots en provenance de Madagascar ne pourront pas obtenir de meilleurs prix cette année. La qualité reste médiocre par rapport à celle des haricots produits par les gros concurrents que sont l’Argentine, la Chine et l’Egypte. Selon certains exportateurs, la couleur du haricot malgache n’est pas très blanche, et les grains sont plus petits par rapport aux normes requises à l’exportation. « Nous nous attendons à une baisse de prix cette année car nos produits présentent une faille au niveau de la couleur. Au niveau de la grosseur des graines, les normes prévoient cent quatre vingt dix grains pour cent grammes. Or, avec le haricot malgache, il en faut deux cent dix à deux cent vingt », avance Mohamed Raza de la société Beans Export. Selon les prévisions, les prix descendront entre 1000 à 1200 dollars la tonne contre 1500 à 1600 dollars l’année dernière. Une baisse des prix est attendue au niveau des producteurs.

 L’absence de mécanisation et l’accès aux semences améliorées ont été évoqués comme étant les principaux facteurs de cette médiocrité. Actuellement, la Fofifa travaille avec des producteurs ruraux pour améliorer la production de semences et à Fieferana à Avaradrano, ils sont une vingtaine. Justine Razanamandimby et  Mohamed Raza ont été les gagnants du tirage au sort organisé par le projet Papriz de la Jica à la Fiermada. Ils ont reçu respectivement une vanneuse et une batteuse utilisées dans la culture de riz.

Lantoniaina Razafindramiadana

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article