Filière litchis: Les prix aux producteurs promettent

Publié le par Alain GYRE

Filière litchis : Les prix aux producteurs promettent

letchis.jpg

Cette année, la qualité des fruits semble rendre les producteurs optimistes

Comme l'année dernière, les producteurs de litchis pourront s'attendre à un prix assez convenable pour leurs fruits.

Stabilité. Le prix du kilo de litchis ne devra pas connaître une grande évolution cette année, par rapport à la campagne précé­dente. Selon un opérateur économique, il devrait toujours s'établir entre 800 ariary et 1200 ariary, contre 700 ariary à 750 ariary pendant la campagne 2010-2011. « Cette année, nous avons une très bonne production, les fruits sont de meilleure qualité grâce à une pluviométrie suffisante à un moment propice. Cette situation devra se répercuter sur le prix au niveau des producteurs, il s'établira sûrement au même niveau que l'année dernière », avance un exportateur. « L'année dernière, la hausse de prix a été entraînée par une médiocre qualité due à une insuffisance de pluies. Il a été difficile de mettre la main sur des fruits qui répondaient aux normes exigées pour l'exportation », précise-t-il.
Meilleure
L'accès à certaines zones productrices favorise aussi le maintien de prix à ce niveau élevé. « Depuis deux ans, le niveau des eaux est très bas et même si cette année, la pluviométrie a été suffisante, le problème d'évacuation persiste, les pirogues ont du mal à atteindre les localités de production », soutient toujours l'exportateur. Toutefois, aucun obstacle ne se présente quant aux exportations. Les prévisions ne connaîtront pas de modifications selon les professionnels de la filière. Les dommages causés par le passage des cyclones à Brickaville sur les plantations n'auront pas d'impacts importants, étant donné que Madagascar connaît chaque année une surproduction. Le pays prévoit d'exporter cette année 16 000 tonnes de litchis. Le début de la campagne est prévu le 18 novembre.
Selon les constatations des opérateurs, la récolte aurait pu être meilleure, mais la présence de la maladie de varroase demeure un obstacle. « Cette maladie est un sérieux problème auquel des solutions doivent être adoptées rapidement. Les impacts sur la pollinisation se font sentir. Cette année, nous aurions pu obtenir une production de meilleure qualité, mais aussi une quantité plus importante », soutient Benasolo Rakotoson, un producteur.

Lantoniaina Razafindramiadana

Mardi 06 novembre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article