Filière maïs: viser un rendement de 5 à 15 t / ha

Publié le par Alain GYRE

Filière maïs: Viser un rendement de 5 à 15 t/ha

     

 

Jeudi, 07 Février 2013

3 500 producteurs à viser pour la 1ère année de la phase 2 du projet d’Appui au renforcement des organisations professionnelles et aux services agricoles (AROPA).

C’est l’objectif pour la filière maïs selon Ernest Rakotondranaivo, président national de Fekritama ou de l’Union nationale des paysans malagasy. Notons que la phase 2 de ce projet a été lancée hier à l’hôtel Panorama. Pour la filière maïs donc, il est question d’atteindre à la première année un rendement de5 t/ha sur les petites superficies et d’aller jusqu’à 15 t/ha sur les grandes surfaces. Dès la 2ème année, ce rendement devrait être multiplié par 2 ou 3. L’idée est de disposer de 35 t à 50 t de maïs par région d’intervention pour la 1ère année. Le président du Fekritama rappelle qu’avec la petite surface exploitée par les paysans et les techniques traditionnelles qu’ils adoptent, c’est à peine si un exploitant peut réaliser 100 kg par an. En fait, les paysans ne savent pas toujours que le marché du maïs existe bel et bien. Mais il faut quand même souligner que le prix proposé par les acheteurs n’est pas réellement rémunérateur. C’était le cas lors de la foire Tsimoka qui s’est tenue dans la capitale en 2012. Les acheteurs ont proposé 300 Ar/kg, un prix incluant le transport sur Tana.

Dans ce cas, la Fekritama estime qu’il faut d’abord transformer le maïs sur place pour en fabriquer de la provende. D’ailleurs, le projet AROPA comprend la dotation en équipements et machines. Par la suite, lorsque la production atteindra une masse critique, les paysans pourront chercher des débouchés plus intéressants. Cette masse critique devrait être atteinte grâce à la professionnalisation des paysans. Celle-ci fait d’ailleurs partie intégrante des objectifs du projet AROPA. Notons en effet que les paysans cultivent du maïs mais dans la plupart des cas, c’est pour l’autoconsommation. D’après le dernier recensement agricole datant de 2005, le maïs est cultivé sur 252 838 ha et il est intégré dans tous les systèmes traditionnels de cultures quelle que soit son implantation géographique. Le projet vise ainsi à relever le savoir-faire, les techniques et les moyens utilisés pour faire de la filière une ressource de revenu pour les exploitations familiales agricoles.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article