Forêt : L'eucalyptus menacé par la psille

Publié le par Alain GYRE

Forêt :  L'eucalyptus menacé par la psille

 

L’eucalyptus est mis à mort par des parasites alors qu’il constitue la principale ressource pour faire du charbon de bois

 1-charbon.jpg

Découverte depuis quatre ans, la psille fait davantage de ravages sur les arbres d'eucalyptus. Le financement des opérations pour son extinction fait défaut.

 

 

Les maladies des végétaux se multi­plient. Après le cyprès, le papayer et d'autres arbres fruitiers, l'eucalyptus est aussi victime d'un parasite appelé par les techniciens «psille». Constatée depuis quatre ans dans la région Analamanga, elle est maintenant répandue dans d'autres localités. Toute­fois, les plants contaminés sont encore plus ou moins isolés, d'où l'indifférence des planteurs sur la situation.

« Les zones dans lesquelles nous constatons la présence de la psille sont plus nombreuses qu'il y a quatre ans, dans la plupart des localités où des plantations d'eucalyptus existent. Les arbres contaminés ne sont pas nombreux dans un même endroit, c'est pourquoi les planteurs ne sont pas encore inquiets de ce phénomène», explique Tsitohaina Ravoninjatovo Zafimahery Andriamaroahina, directeur de la protection des végétaux.

« Nous constatons dans notre plantation que quelques arbres jaunissent. Nous nous sommes dits qu'il y avait quelque chose d'anormal et nous avons coupé l'arbre pour en faire du bois de chauffe, mais la situation ne nous a pas alarmés », rapporte Ravo Ratovondrina, un charbonnier originaire d'Anjepy. 

Solution naturelle

Des recherches ont été menées par les chercheurs de la Direction de la protection des végétaux afin de trouver un remède. Un champignon pouvant entraîner l'éradication de la psille a été découvert. Mais cette solution n'a jamais été appliquée compte tenu du coût. « La multiplication de ce champignon nécessite un financement important. Nous ne disposons pas de moyens pour mener l'opération », indique Philipert Rakotoson, secrétaire général du ministère de l'Agri­culture. Or, si des actions ne sont pas menées dès à présent, une menace plane sur la filière d'ici cinq à dix ans. « Lorsqu'un arbre est infesté par ce parasite, il meurt jusqu'aux racines. Il faut un renouvellement des pieds. Par conséquent, si en ce moment nous restons inactifs, après cinq ou dix ans, la situation serait grave », souligne, pour sa part, le directeur de la protection des végétaux. 

Cette maladie peut contaminer d'autres arbres fruitiers. La filière charbon n'est pas, non plus, à l'abri. « L'arbre d'eucalyptus sert en grande partie à la production de charbon. Si cette maladie venait à se répandre, la filière charbon serait fortement touchée. Il faudra d'énormes moyens pour le renouvellement des pieds. Maintenant, lorsque nous coupons des arbres, il y a toujours une régénération. En plus, il faudra du temps de la plantation à la coupe, ce qui engendrerait une pénurie, et le prix de ce produit serait plus élevé », indique Ravo Ratovondrina. 

 

Lantoniaina Razafindramiadana

 

Lundi 22 juillet 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article