Haricots secs: baisse de la production

Publié le par Alain GYRE

Haricots secs: Baisse de la production

     

 

Lundi, 16 Juillet 2012

Le haricot se place en 6e place en terme de tonnage produit de cultures vivrières. Il occupe 10% des superficies cultivées en culture vivrières.

Les zones de Miandrivazo et de Belo-sur-Tsiribihina sont renommées pour la qualité de ce lingot blanc . Durant ces quatre dernières années, Madagascar a connu une nette diminution de ses exportations de légumineuses en quantité passant de 6372 tonnes en 1998 à une moyenne de 4145 tonnes pour les trois dernières années. La production totale des légumineuses est restée plus ou moins constante mais la proportion exportée a diminué, passant de 8% en 1998 à 6 % en 2000. Pour les haricots secs, de 1 500 tonnes par an, la production du district de Miandrivazo est passée à 3 000 tonnes.

Le changement climatique et la mauvaise qualité des semences en sont les causes principales. Aussi, les exportateurs sont confrontés à des problèmes de qualité, de calibre et d'homogénéité de couleur pour répondre à la demande étrangère. Bien qu'une plate-forme soit en place, elle ne peut pas defender les intérêts des agriculteurs. En 2011, les agriculteurs ont dénoncé le prix des semences de haricots secs exorbitant. Les semences s'achètent à 3 000 Ariary le kilo.

Les exportations de haricots restent faibles, soient moins de 2000 tonnes par an depuis 1998 , soit 3% de la production. si elles étaient de 4000 tonnes par an au début des années 1990 , soit 5% de la production. Les haricots furent introduits à Madagascar au 16ème siècle par l'intermédiaire des comptoirs français de la Côte Est. Les légumineuses tiennent une place importante dans l'agriculture malgache. Elles sont des produits qui répondent aux besoins, à a fois alimentaire et financier. Ils sont stockables et peuvent être vendues selon les besoins des ménages des paysans et remplacent la viande comme source de protéines. Les zones se trouvant à l'Ouest et au Sud Ouest du pays sont les principales zones de production. Sur une supreficie de 82 700 ha cultivées, la production de l' haricot est estimée à 72 400 tonnes. Traditionnellement tournée vers l'autoconsommation familiale, la culture de légumineuses s'ouvre davantage, après les crises économiques de 1980, à la commercialisation .

NIR

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article