Hommage: Richard Razafindrakoto revit

Publié le par Alain GYRE

Hommage : Richard Razafindrakoto revit

 

Le propriétaire de la galerie Is’Art, Tahina Rakotoarivony, devant un tableau de son maître qu’est Richard Razafindrakoto

Dix œuvres de l’avant-gardiste Richard Razafindrakoto sont présentées au public à la galerie Is’Art. Un appel à la réflexion et à la rencontre.

Les toiles du regretté Richard Razafindrakoto tapissent les murs de la galerie Is'Art de Tahina Rakotoarivony dans le cadre d'une exposition intitulée Tamberina, un hommage que ses proches lui dédie à l'occasion du 6e anniversaire de sa mort, le soir du 11 octobre 2006. Cet « infatigable travailleur, médiateur passionné et créatif inspiré » a bousculé le milieu artistique malgache en imposant l'art
d'avant-garde, l'art contemporain.
Au début des années 2000, les gigantesques toiles de Richard Razafindrakoto avaient surpris. Ses tableaux bariolés de couleurs vives et acidulées empruntées à nos perles, les vakana traditionnelles, avaient également intrigué. Il avait alors eu droit à des « n'importe quoi, nul, gratuit !! », sans parler des interminables interrogations sur le sens de ses œuvres. Mais l’homme a su réunir autour de lui des jeunes artistes qui ont fait en sorte que l'art contemporain vit et existe dans l'espace culturel à Madagascar.
« Avec son association Vaika, il a rassemblé des jeunes autour de l'art contemporain. C'est un espace pour favoriser les échanges culturels, et susciter les débats et les réflexions », témoigne Hermerson Andrianetrazafy, historien d'art et proche de Richard Razafindrakoto.
Rebelle
Dans ses œuvres, Richard Razafindrakoto a reproduit les registres de couleurs et de motifs qu'il a identifiés sur les perles. Hermerson Andrianetrazafy parle « d'une approche artistique qui a établi une plastique discursive et qui a codifié les registres de couleurs et de formes, dans le but de constituer un discours ».
L'artiste-plasticien a mené des études universitaires sur les perles (vakana) dont l'événement Elabakana fut le couronnement.
Depuis son enfance, Richard Razafindrakoto avait un caractère rebelle et révolté. Le dessin l'a attiré très tôt. À seulement huit ans, il a été primé à un concours de dessin. Son frère, Maurice Rakotomalala, garde le souvenir d'un petit frère intelligent, qui ne faisait pas dans la demi-mesure, un personnage attaché à sa malgachéité.
L'exposition est à visiter à l'Is'Art galerie Analakely jusqu'au 1er novembre.

Domoina Ratsara

Vendredi 12 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article