Hygiène et propreté: Un travail de longue haleine

Publié le par Alain GYRE

Hygiène et propreté: Un travail de longuehaleine       

Mercredi, 09 Octobre 2013

Respecter la propreté et l’hygiène, c’est le minimum de comportement que les Malgaches doivent adopter pour se protéger et pour rester en bonne santé. Dommage que ce ne soit pas le cas. Bien que des efforts aient été menés sur la sensibilisation de la population sur le sujet, la propreté et l’hygiène restent effectivement précaires à Madagascar. L’hygiène se définit par l’ensemble des soins apportés au corps pour le maintenir en état de propreté. L'hygiène élémentaire est garante d'une bonne santé. La propreté peut concerner le corps, les mains, le repas et les alentours. A 93%, la population s’accorde à dire que les microbes, à l’origine des maladies par manque d’hygiène et de propreté rendent malade. En général, Madagascar perd 201 milliards d'ariary chaque année à cause d’un mauvais assainissement.

L'absence d'accès à une eau de qualité empêche souvent le lavage des mains à la maison, à l'école, au travail, dans les centres de soins. A travers la manifestation intitulée « Dobodoboka», 300 scouts venant d’Anosivavaka Ambohimanarina jusqu’à Ankazobe, se sont donnés rendez-vous à Talatamaty samedi dernier. A 10 jours de la journée mondiale de lavage des mains avec du savon, la manifestation a pour objectif de sensibiliser la population sur l’accès à l’eau potable, à l’utilisation des latrines et surtout à éduquer les citoyens à laver leurs mains avec du savon.

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article