Fier-Mada/Agroalimentaire: De nouveaux produits pour les papilles

Publié le par Alain GYRE

Fier-Mada/Agroalimentaire: De nouveaux produits pour les papilles       

Jeudi, 08 Août 2013

Du thon fumé pour 10 000 Ar/kg, du jus de fromage pour 900 Ar le pot, du vinaigre de carotte et d’ananas pour 1 100 Ar le demi-litre, des fruits séchés dont sachet vaut entre 1 500 et 2 000 Ar…

 

La foire Fier-Mada qui se déroule actuellement au CCESCA d’Antanimena et jusqu’à dimanche, est une vitrine pour de nombreux produits agroalimentaires. Dans la plupart des cas, ces produits sont fabriqués à l’échelle artisanale. Il en est ainsi du vinaigre de carotte et d’ananas préparé par la congrégation religieuse des sœurs du Christ d’Antsirabe. Etant donné que les carottes sont souvent à des prix bradés (100 Ar/kg) à Antsirabe, ces bonnes sœurs ont donc voulu transformer ces produits bon marché. Comme les carottes sont sucrées, elles peuvent donner du vinaigre. En effet, le vinaigre s’obtient habituellement avec des fruits sucrés mais les sœurs du Christ ont essayé avec une légume sucrée, c'est-à-dire la carotte. Il faut 2 kg de carottes et 1 kg de sucre roux pour obtenir 10 litres de vinaigre. La préparation s’étale sur 2 mois et comprend deux étapes de fermentation. Sinon, les sœurs du Christ fabriquent aussi du vinaigre de pêche, de pamplemousse, ainsi que des produits comme du savon végétal et de l’huile de massage.

 

Elles forment aussi des jeunes filles pour la cuisine, le tricot et le crochet, la coupe et couture, l’agriculture, à raison d’une formation de 1 semaine par mois sur 2 ans. A la sortie, certaines se mettent à leurs comptes, alors que d’autres travaillent pour les sœurs en honorant des commandes parvenues à ces dernières, ou en leur vendant leurs produits. Pour ce qui est de la Fier-Mada, les régions Boeny et Menabe sont bien représentées à la Fier-Mada, notamment par des acteurs du secteur de la pêche dont des pisciculteurs de tilapia, des pêcheurs qui créent de la valeur ajoutée avec leurs produits. Ils fument ou sèchent leurs produits. C’est ainsi que le thon fumé à 10 000 Ar/kg est très couru dès la 1ère journée de la foire. A ce prix-là, ce produit est très abordable car le thon non transformé vendu dans les poissonneries vaut 12 000 Ar/kg dans la capitale. Mais il faut souligner qu’avec la pauvreté ambiante, rares sont les ménages qui peuvent se permettre de manger des poissons et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles l’insécurité alimentaire affecte la moitié des enfants malagasy de moins de 5 ans. Ces enfants verront leur productivité afficher un taux en-dessous de la normale quand ils seront à l’âge adulte.

 

De nombreuses études internationales dont celle de la Banque mondiale affirment, en effet, que la malnutrition de la petite enfance a des conséquences sur la productivité à l’âge adulte. En attendant, la Fier-Mada enchante les papilles avec des nouveaux produits à des prix souvent inférieurs à ce qui se pratiquent sur le marché. Outre les produits cités ci-dessus, notons aussi les fruits séchés de l’entreprise Patmad installée à Ampefy dans l’Itasy. Cette entreprise propose également des rhums arrangés aux fruits séchés pour 600 Ar la consommation. A consommer avec modération comme le rhum artisanal (« toaka gasy ») à 45° préparé par le Centre national de recherche appliquée pour le développement rural (FOFIFA). Sinon, la foire propose différents produits dont des fleurs, des meubles, des produits artisanaux, etc. Dès son ouverture hier, cette 15ème édition a attiré du monde. Il est fort probable qu’elle sera une des principales attractions des familles pour le week-end prochain.

 

Fanjanarivo

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article