"Il est une eau vive" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Il est une eau vive

qui jaillit dans l’inconnu

mais qui mouille le vent

que tu bois,

et tu aspires à sa découverte

derrière ce roc massif

détaché de quelque astre sans nom.

 

Tu te penches,

et tes doigts caressent le sable.

Soudain tu repenses à ton enfance

et aux images qui l’ont charmée -

surtout à celle où ces mots naïfs mais émouvants se trouvaient :

« La vierge aux sept douleurs ».

 

Et voici une autre eau vive

qui ne cesse de sourdre sous tes yeux,

mais qui attise ta soif :

ton ombre

- l’ombre de tes rêves –

devient septuple

et, émergeant de toi,

alourdit la nuit déjà dense.

 

Misy ranovelona

miboika any amin’ny tsy fantatra,

nefa mampando ny rivotra

sotroinao,

ary irinao ny hahita azy

ao ankoatr’ity fonjam-batolampy

niongotra tamin-johary tsy manana anarana.

 

Miondrika hianao,

ary ny rantsam-tananao dia misafosafo ny fasika.

Tampoka, mahatsiaro ny fahazazanao hianao,

mbamin’ny sary nahafaly azy –

indridra ilay misy ireto teny tsotra nefa

mahagaga ireto :

« La vierge aux sept douleurs ».

 

Ary misy ranovelona hafa hitanao

tsy mitsaha-miboika eo ambony masoanao,

nefa mampitombo ny hetahetanao :

ny alokao

 -  aloky ny nofinao –

zary fito

ary mivoaka avy aminao,

manavesatra ny alina efa feno.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

 

Commenter cet article