Iles éparses: Une nouvelle entité pour la revendication

Publié le par Alain GYRE

Iles éparses: Une nouvelle entité pour la revendication

Mardi, 16 Septembre 2014

Le Comité national pour la restitution des îles éparses et pour la revendication du plateau continental (CNRIE-RPC) s’est présenté publiquement, hier à la résidence Fenosoa (Alasora). L’occasion pour son président, Alain Ramaroson, de pointer du doigt cette forme d’ingérence des autorités françaises passées et actuelles qui semblent visiblement loin de rendre à Madagascar lesdites îles à savoir, Juan de Nova, Europa, Glorieuses et Bassas da India. Des îles de petite taille certes, mais qui regorgent de richesses naturelles (pétrole et gaz, entre autres) pouvant assurer le développement économique de la Grande île. Sauf que le régime actuel dans le pays, selon Alain Ramoroson dans son long discours d’hier, semble ne pas vraiment s’intéresser à la récupération de ces îles.

 

S’adressant directement au président français, le chef de file du CNRIE-RPC de rappeler dans son discours la Résolution 34/91 de l’ONU en date du 12 décembre 1979. Dans son paragraphe 3, en effet, celle-ci « invite le gouvernement français à entamer sans plus tarder des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles précitées, qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar ».

 

Or depuis ce long laps de temps, rien n’a été fait dans ce sens en même temps par les autorités françaises et malgaches qui se sont succédé. D’où, le réveil de ces nationalistes réunis au sein du Comité qui dénoncent la mainmise des Français sur la gestion des îles éparses. Parmi les membres actifs de ce comité nouvellement mis sur pied les anciens ministres de la Transition, Florent Rakotoarisoa, Christine Razanamahasoa, Tabera Randriamanantsoa, Organès Rakotomihantarizaka ; ainsi que des leaders politiques tels que René Rasolofo, Cyrille Rasambozafy, Pierre

 

Tsiranana, etc.

 

A.         D.

B.         La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article