Insécurité: la production agricole menacée

Publié le par Alain GYRE

Insécurité : La production agricole menacée
(07-09-2012) - Les paysans issus de plusieurs régions qui sont dans le désarroi total préfèrent immigrer vers les grandes villes par peur des « Dahalo » La recrudescence de l’insécurité à cause des « Dahalo » a eu des conséquences économiques négatives dans le monde rural.
« La production agricole, notamment le riz, serait menacée si l’Etat et l’Armée en général ne prennent pas des mesures drastiques et concrètes à très court terme pour éradiquer ce phénomène », a déploré Andrianjafimahatratra Solofo, le président national du « Tranoben’ny tantsaha », lors d’une conférence de presse hier à Nanisana. En tant que porte-parole des paysans, les responsables de cette Chambre de l’Agriculture, n’ont pas caché le désarroi de la population rurale depuis ces derniers temps.

Exode rural. En ce moment, les paysans préparent la campagne culturale de contre saison jusqu’au mois de novembre. « Mais ils ne peuvent pas pratiquer cette activité normalement en raison toujours de cette insécurité. Au contraire, on a constaté un grand phénomène d’exode rural. C’est entre autres le cas des paysans à Belo/Tsiribihina, Ambovombe, Bongolava, Ihorombe et à Ambatofinandrahana, qui immigrent vers la grande ville au niveau du district, ou à Ambovombe et à Bongolava », a-t-il fait savoir. Par ailleurs, la recrudescence des criquets détruit également leurs cultures, sans parler des impacts des catastrophes naturelles comme l’inondation et les cyclones à la prochaine saison de pluie. Notons que 75% des 100 000ha infestés par les criquets ont été traités par le Centre National Antiacridien tandis que la prochaine campagne de lutte acridienne prévoit 250 000ha à traiter.

Baisse de l’offre. Et ce n’est pas tout ! Le secteur de l’élevage surtout l’élevage bovin est en difficulté. « Les paysans ont perdu leurs biens étant donné que des centaines de bovidés sont volés par les « Dahalo », à part leur vie qui est en danger. Il y aurait ainsi un risque pour l’approvisionnement en viande bovine puisque l’offre sera forcément en baisse », a expliqué le président national de la Chambre de l’Agriculture. Face à cet état de fait, le « Tranoben’ny Tantsaha » interpelle toutes les autorités compétentes et concernées qu’il faut élaborer et mettre en œuvre un plan d’action pour sortir de cette impasse dans le court terme. Il s’agit notamment d’un programme touchant plusieurs départements, visant à éradiquer les « Dahalo » tout en facilitant la communication surtout au niveau des zones rouges. L’acquisition des intrants agricoles notamment les semences et les engrais ainsi que les matériels et le financement nécessaire doivent être également facilité sinon la préparation de la campagne de la grande saison sera perturbée. Et Madagascar serait obligé de tout importer, a-t-on conclu.

Navalona R.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article