Invasion de criquets : « ne les tuez pas tous ! »

Publié le par Alain GYRE

Invasion de criquets : « ne les tuez pas tous ! »   

Lundi, 14 Avril 2014

Original et même curieux le point de vue du Dr Annie Monard, acridologue de la FAO, actuellement en poste à Antananarivo, sur l’actuelle invasion de sauterelles.

 

Entendue sur RFI, cette experte estime qu’il ne faut pas tuer les criquets jusqu’au dernier. D’abord, car elles ont leur place dans la chaîne alimentaire et nourrissent les serpents, caméléons, lémuriens et autres animaux. Ensuite, car elles forment une niche écologique, et si elles disparaissent, le créneau sera occupé par des ravageurs et autres animaux nuisibles. En tout cas, mercredi, les criquets ont obscurci le ciel d’Antsirabe puis se sont abattus sur le sol où ils ont été piétinés par les citadins. Mercredi toujours, des essaims ont rodé aux portes de la capitale, et ont ensuite reflué vers l’ouest, probablement repoussés par le béton qui recouvre le sol. Ce n’est certainement que partie remise.

 

Là où ces essaims atterrissent, les cultures sont détruites et il est certain que les paysans victimes ne sont pas de l’avis d’Annie Monard. Mais il convient de rapporter et de respecter les vues de cette experte qui a occupé le poste de responsable du service « Acridiens et Ravageurs des Cultures » au siège de la FAO, à Rome. A l’heure où nous faisons de la protection de l’environnement une priorité, son point de vue mérite d’être pris en compte. En tout cas, dans l’île où une longue crise a renforcé la foi chrétienne, le phénomène des criquets est vécu comme l’une des sept plaies d’Egypte. Selon la Bible, cette dernière contrée a été punie par Dieu pour s’être détournée de lui. Comme avec les sauterelles, il y eut récemment (et actuellement encore) un pullulement des rats qui a provoqué la peste en beaucoup d’endroits, ainsi que l’expansion d’une nouvelle espèce de crapaud venimeux dans l’Est de l’île, les gens pensent à un châtiment divin…

 

Dans ces conditions, il serait étonnant qu’ils tiennent compte de l’avis d’Annie Monard, et seraient plutôt disposés à exterminer rats, criquets et crapauds jusqu’au dernier.

 

R.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article