Je marcherai encore des mois, des saisons, Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

Je marcherai encore des mois, des saisons, Max Randriantefy

 

 

Lundi, 10 Février 2014

 

La Saint Valentin sera pour bientôt, et on voit déjà s’activer de partout des gens se préparant pour marquer ce jour.

 

Les aléas de la vie ont fait que certains bienheureux de l’amour feront de cette journée un moyen pour renforcer leur union, tandis que tous les célibataires s’angoissent du fait qu’ils soient encore jusqu’ici en quête de leurs dulcinées. A tous ces derniers, je leur dédie ce poème de l’espoir dans l’attente d’une vie meilleure…

 

 

 

 

 

Je marcherai encore des mois, des saisons,

 

Selon les vents et les feux de mes désirs

 

Délires de mes sens et sujets de mes soupirs

 

Empirent chaque seconde et je perds ma raison.

 

Je m’en irai traduire les sons de l’écho

 

Au rythme de mon cœur et dans des chants lyriques,

 

Epiques drames de mes sentiments nostalgiques

 

Piquent mon âme réfutant une vie en solo.

 

Je puiserai au tréfonds de ma tendresse

 

L’allégresse d’un amour désormais en liesse

 

Prêtresse joyeuse d’une complicité à deux

 

Heureux de tout comme seront les amoureux.

 

Je te trouverai ma chère et tendre complice

 

Délice de mes yeux objet de mon supplice

 

Calice de mon âme toujours en quête d’amour

 

Où concourt la peur de vivre seul mes vieux jours.

 

Tu seras là à m’attendre dans ton mystère

 

Couvert d’écorce tendre à l’aspect velouté

 

Epousé par la saveur exquise du pêcher

 

T’aimer sera bientôt ma mission sur terre.

 

Nous voguerons dans le transport de nos rêves

 

Brèves escapades au-delà de nos passions

 

Bénédiction des cieux pour ma vie qui s’achève

 

Trêve de mon cœur du vent de sa rébellion.

 

Max Randriantefy

La Gazette

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article