JEUNESSE : L'éducation sexuelle à renforcer

Publié le par Alain GYRE

JEUNESSE : L'éducation sexuelle à renforcer

 1-fille.jpg

Récemment, FrancIsca a été reçue par un projet de réinsertion qui lui donne une formation professionnelle sur l'hôtellerie

 

L'exploitation sexuelle des enfants/adolescents est difficile à combattre. Des repré­sentants des pays de la SADC tiennent un atelier dénommé « life skills ».

 

 

L'âge d'entrée dans la vie sexuelle et reproductive demeure précoce, 15 ans, malgré les tapages de  lutte. Parmi ces jeunes, certains sont mariés, d'au­tres ne le sont pas. C'est le cas de Francisca (prénom d'emprunt) qui est tombée enceinte à l'âge de 15 ans. 

 

« J'étais une élève au collège d'enseignement général de Ramena, à Antsira­nana. À 15 ans, je suis tombée enceinte et mon petit ami s'est enfui. Cependant, mes parents se sont chargés de tout, jusqu'à mon accouchement », relate-t-elle. Riche ou pauvre, pour sa famille, une mère doit participer à la survie de son enfant qui a maintenant un an et demi. Selon toujours la jeune fille, ses parents lui auraient demandé de trouver du travail ou de l'argent, pour élever son enfant. 

 

Que pouvait faire d'autre une collégienne de 16 ans, sinon de se trouver un homme riche pour lui donner de l'argent. « Sous  la pression de mes parents, je me suis prostituée pour avoir de l'argent. J'ai gagné 20 000 ariary la passe », ajoute la jeune fille. 

 

Et elle de confier être sortie avec sept hommes différents. Les conséquences de la grossesse chez les adolescentes se répercutent tout au long de leur vie, celle de leurs enfants et des générations qui suivent. 

 

Engagés

 

Vers l'année 2007, il existe une loi qui l'interdit mais personne ne la respecte. Les  pays de la SADC, se sont engagés pour le renforcement de l'éducation sexuelle et les services, en matière de santé reproductive. L'Unfpa appuie ces engagements. Depuis mardi, jusqu'à vendredi, l'île Maurice, les Comores, les Seychelles, Madagascar, et d'autres pays d'Afrique sont représentés à un atelier régional, sur l'éducation sexuelle. L'atelier se tient à Ankorondrano. Le programme d'éducation sexuelle par l'approche life skills est au menu, c'est-à-dire une approche axée sur la vie courante. L'Unfpa recommande ainsi des investissements dans l'éducation, l'acquisition des compétences nécessaires à la vie quotidienne, à l'information, au choix professionnels possibles et à l'accès aux services dont les adolescents ont besoin. Des recommandations qui ne figurent pas encore parmi les priorités de l'État. 

 

 

 

 

 

Michella Raharisoa

 

Jeudi 18 juillet 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article