Journée mondiale du Travail: Ce qu'il faudrait savoir

Publié le par Alain GYRE

Journée mondiale du Travail: Ce qu'il faudrait savoir

     

 

Mardi, 30 Avril 2013

Traditionnellement appelée "fête du travail" dans de très nombreux pays, la Journée mondiale du travail commémore ceux et celles qui ont été tués lors du massacre de Haymarket (Chicago), en 1886, alors qu'ils manifestaient pour la journée de travail de huit heures.

Les martyrs de Chicago vont faire du 1er Mai un symbole de la lutte des classes et de l'identité du monde ouvrier à partir du congrès socialiste international de Paris de 1889. Il s'agissait de fonder en actes le projet d'une société émancipée, libérée du travail contraint. En 1886, aux Etats-Unis, à Chicago, des émeutes ont éclaté car les ouvriers ne voulaient plus travailler plus de 8 heures par jour. Le 1er mai 1886, aux Etats-Unis, une très forte pression des syndicats sur le patronat et le gouvernement permet à environ 200.000 travailleurs d'obtenir la journée de huit heures.

De nos jours, elle se confond dans de nombreux pays avec la journée internationale des travailleurs, fête internationale instaurée à l'origine comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail, qui devint rapidement une journée de célébration des combats des travailleurs. Cette année, la journée est placée sous le thème " Construire l'avenir avec le travail décent ".

Pour l'Organisation internationale du travail (OIT), un travail décent signifie avoir "la possibilité d'exercer un travail productif et convenablement rémunéré ; la sécurité au travail et la protection sociale pour les familles ; l'amélioration des perspectives de développement personnel et d'intégration sociale ; la liberté pour les êtres humains d'exprimer leurs préoccupations, de s'organiser et de participer à la prise des décisions qui influent sur leur vie ; l'égalité de chances et de traitement pour l'ensemble des femmes et des hommes". Pourtant, seul 1 % des travailleurs malgaches réunit ces conditions. La problématique de l'emploi est compliquée mais le contexte actuel et la journée de demain doivent interpeller les responsables quant à la promotion des droits au travail, de l'emploi, de la protection sociale et du dialogue social. C'est l'objectif stratégique international en vue de promouvoir la justice sociale pour une mondialisation équitable. Beaucoup reste à faire face aux déficits de travail décent et combler l'absence de dialogue.

Dans beaucoup de régions du monde, les droits syndicaux des travailleurs des services publics continuent à être violés par des interdictions totales, des révocations, des limitations, de flagrants abus du terme "services essentiels" et même l'usage de la violence et des actes d'intimidation. Ces attaques contre les droits syndicaux sont des attaques contre la démocratie et le développement social. Sans formation appropriée, les jeunes travailleurs ne trouvent pas de place sur le marché du travail. Aujourd'hui, sous prétexte de crise économique et financière, les droits sociaux et du travail sont durement obtenus.

Les investissements publics dans les services publics, l'infrastructure et la stratégie industrielle favorisent le développement durable, la stabilité de la croissance et la création d'emplois décents. Cependant, les investissements pour le secteur public baissent à une vitesse alarmante. Prendre des mesures efficaces contre la fraude et les évasions fiscales et mettre en place des systèmes fiscaux progressifs permettrait d'assurer le financement de services publics de qualité.

A savoir qu'au Royaume-Uni et en Irlande, la fête du travail est fêtée le premier lundi de Mai, en Australie à des dates changeables du printemps et de l'automne et en Amérique du Nord, c'est le premier lundi de septembre qui marque la fête du travail. Le 1er mai est le seul jour obligatoirement chômé pour tous les salariés.

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article