Kotofetsy et Imahaka

Publié le par Alain GYRE

 101 Kotofetsy et Imahaka.

 

            Du royaume du Nord, Kotofetsy s’en allait au marché. Dans une soubique, bien fermée, il transportait un oiseau.

            Du royaume du Sud, un jeune homme appelé Imahaka vient de terminer sa bêche. Il l’enveloppe d’un morceau de chiffon pour l’amener au marché.

 

            Nos deux héros se sont croisés dans une vallée. Après les salutations d’usage, Imahaka demande à Kotofetsy ce qu’il transporte dans son cabas. Kotofetsy lui répond que c’est un coq, mais comme il est un peu sauvage, il l’enferme dedans. Imahaka, de son côté prétend que son outil est en acier « inox », le dernier cri de la technologie ! (usiné sur une machine 5 axes à commande numérique).

           

A cette époque, le troc était encore de rigueur, et nos deux compères décidèrent de troquer l’oiseau contre la bêche.

Néanmoins Kotofetsy prévient Imahaka qu’il ne faut pas ouvrir le sac trop tôt car l’oie est un peu sauvage. De son côté, Imahaka conseille de ne pas utuiliser tout de suite la bêche. Et chacun s’en alla de son côté convaincu d’avoir fait de bonnes affaires.

 

A peine Imahaka à ouvert le sac, l’aigle s’est envolé ! De son côté en essayant la bêche, celle-ci s’est fragmentée en milles morceaux.

 

Leur rencontre suivante fut explosive mais comme ils étaient tous les deux malins ils ont pactisé, et ainsi commence la saga des deux héros les plus connus et les plus futés des contes malgaches.

 

Et gare à toi si tu les rencontres !

 

Angano, angano, Arira, arira, tsy izaho no mavandy fa ny ol-be.

Publié dans Contes sur la toile

Commenter cet article