La chauve-souris et le drongo

Publié le par Alain GYRE

106 La chauve-souris et le drongo

Ou comment être « fany »

 

           Zanahary (Dieu) aimait se promener dans la forêt qu’il avait créé. Mais à force de l’arpenter de long en large, il se mit à s’ennuyer et décida d’y faire habiter des oiseaux pour l’égayer et profiter de leurs chants mélodieux. Il en créa ainsi de toutes les couleurs et de toutes les espèces.

            Un jour qu’il était trop occupé pour se promener dans la forêt et s’enchanter de la vue et de la mélodie des oiseaux, il se pencha pour la regarder depuis le ciel et, stupeur, elle brûlait ! 

            Il appela tous les oiseaux et leur dit : « Allez, allez éteindre le feu, la forêt brûle ».

Les oiseaux se précipitèrent, emplirent leur bec d’eau et aspergèrent les feuilles.

Mais, alors qu’ils croyaient avoir vaincu le feu, il prit de plus belle. Ils jetèrent leur dernière force dans la bataille, en vain. Exténués, ils s’en retournèrent au ciel, abandonnant la forêt aux flammes. 

            Cependant, dans la forêt les chauves-souris(« fany ») continuaient de déverser l’eau qu’elles puisaient dans la rivière. Elles en déversèrent tant et tant que le feu finit par mourir. Trop fatiguées pour annoncer la bonne nouvelle à Zanahary, elles se perchèrent sur les branches des baobabs et s’endormirent. 

            Zanahary heureux que sa forêt fut sauvée appela les oiseaux. « Qui a éteint le feu ». leur demanda-t-il ? Les oiseaux se regardèrent, aucun d’eux n’avaient éteint le feu. Au bout d’un moment, le drongo prit la parole et dit : « C’est moi Ô Zanahary. J’ai tant et tant lutté que j’en suis devenu tout noir de la tête au pied ». Convaincu de son courage, Zanahary le couronna pour le remercier et aussi le fit « Roi des oiseaux ». 

            Alors que les oiseaux étaient partis, les chauves-souris s’envolèrent trouver Zanahary. « Que voulez-vous ? Où étiez-vous quand j’ai appelé les oiseaux pour leur demander qui avait éteint le feu ? », leur demanda-t-il. « Pardon, Ô Zanahary » dirent-elles, « nous étions tellement fatigués d’avoir vaincu le feu que nous nous sommes endormies dans les branches des baobabs ». Zanahary, surpris, dit « Eteint le feu ? Qui me prouve que c’est vous ? ». « Regarde, Ô Zanahary », répondirent-elles, nous n’avons plus de poils sur les ailes qui sont devenues noires de suie et nos sourcils sont roussis ».

            Zanahary se tut un instant. Il était très embêté. Il avait fait une erreur en couronnant le drongo roi des oiseaux. Comme il ne pouvait se dédire, il s’excusa auprès des chauves-souris.

« Ah, pauvre  chauve-souris, je vois bien que vous avez éteint le feu mais j’ai déjà récompensé le drongo pour cet exploit et je ne peux retirer ma parole ».

          Les chauves-souris fâchées, retournèrent dans la forêt et se perchèrent sur les branches des grands baobabs.

 

            Depuis ce jour, le noir drongo porte une houpette sur le front  en guise de couronne tandis que les chauves-souris dorment la tête en bas en montrant à Zanahary leur cul ! 

le drongo est considéré comme le roi des oiseaux par les malgaches, notamment parce qu’il est capable d’imiter le chant d’autres oiseaux en plus de porter un plumeau à la base du front.

 

La chauve-souris et le drongo – ZaBaobab.Mag

Nature et humanité sous les tropiques

Publié dans Contes sur la toile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article