"La dévote a fini ses versets quotidiens" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Voavakin-dRatiavavaka ny andininy famakiny isan’andro

dia avy mihaino ny zanany mianatra mafy

ny lesom-baiboliny

eo an-davarangana izy.

Toa riana lavitra any

mandingam-batolampy feno lomorina,

any, any ankoatry ny bonga ;

na toa kristianina tratry ny aloka

manonom-bavaka silamo

eo ambany lanitra tony.

 

Izaho,

amin’ny elakelaky ny ravina mianjera avy any

toa ranomaso mainty tsy mitsaha-mitsotsorika,

tsy mahavaka na inona na inona aho,

ary tsy mandre afa-tsy tapa-teny

iverimberenan’ny teny hoe : Ejyptra

sy Israely.

 

Mitsangana eo ambony bongan-tany

manitr’ahitra voahitsaka aho,

ary manifka ny zava-maitso manembana ny masoko :

misy voronkely mifindra monina mitoloko any ankilan’ny tendro

ka mitraka aho,

nefa ny kintana no hitako ;

vodivodiana toy ny tongolobe,

mipentim-potsy toy ny papelika,

mampahatsiahy ireo fivavahana vao nafangaroko izy,

ka, eo amin’ny efitry ny hanin’Imerina

izay toa ahitako andian’olona

mandositra indray ny Farao

dia indreo mihaona ny fivavahana –

ary hianao koa, ry ahy, ô, ry Poezia.

 

 

 

 

La dévote a fini ses versets quotidiens

et vient écouter ses enfants qui apprennent à haute voix

leurs leçons bibliques

sur la véranda.

On dirait une cascade lointaine

sautant quelque rocher moussu,

là-bas, derrière les collines,

ou des chrétiens surpris par l’ombre

récitant des surates musulmanes

sous le ciel pacifique.

 

Moi,

par les interstices des feuilles qui en retombent

comme des larmes noires qui ne cessent de couler,

je ne puis rien discerner

et n’entends que des brides de paroles

où reviennent souvent les mots : Egypte

et Israël.

 

Je me hausse sur une motte de terre

fleurant l’herbe foulée,

et j’écarte la verdure qui me gêne les yeux ;

un petit oiseau migrateur sanglote près de la cime,

et je lève la tête ;

mais ce sont les étoiles que je vois :

bulbeuses comme les aulx,

mouchetées comme les cailles,

elles me rappellent les prières quev je viens de confondre,

et, dans le désert de l’azur imérinien

où il me semble que l’exode

refuit les Pharaons,

voilà que les Religions se rencontrent –

et toi aussi, ô mienne, ô POESIE !

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’Ny Alina

Editions Tsipika

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article