La légende de l'ananas

Publié le par Alain GYRE

110 La légende de l’ananas 

            Madagascar est une très belle île, dans laquelle, il n’y a pratiquement pas de bêtes féroces. En dehors de l’homme évidemment.

            Ah, si pourtant, il ya des crocodiles et des requins. Qui d’ailleurs se détestent cordialement.

             Vous me direz que les requins vivants dans les eaux salées et les crocodiles dans des eaux douces, ils n’ont que peu de chance de se rencontrer.

            Et pourtant, si. Ils se rencontrent dans les eaux saumâtres des estuaires.

            Un jour, il y a bien longtemps, une maman crocodile se promenait avec toute sa progéniture dans les eaux saumâtres d’un fleuve qui se jetait dans la mer, lorsque soudain, elle se trouva en face d’un énorme requin.

            La maman n’avait pas peur pour elle-même, elle était prête au combat, mais il fallait qu’elle mette ses petits à l’abri.

            Alors, vite, vite, elle les rassembla derrière elle, puis d’un magistral coup de queue, elle les envoya dans les airs, pour qu’ils soient en sécurité à l’intérieur des terres.

            Les petits crocodiles ont la tête plus lourde que la queue. Aussi, quand ils retombèrent, les têtes s’enfoncèrent dans la terre. Pour se dégager, ils agitèrent frénétiquement leur queue qui finit par se déchirer en lanières.

            Mais les petits crocodiles ne purent se dégager. Alors, de leurs dents, des racines finirent par sortir. Sur les lanières de queue, des feuilles poussèrent. Un nouveau végétal était né : l’ananas. 

            Et c’est pourquoi, aujourd’hui encore, quand vous voyez un ananas vous pouvez constater qu’il est recouvert d’écailles, des écailles de petits crocodiles qui vous rappellent son origine.

 

Publié dans Contes sur la toile

Commenter cet article