La légende du Babakoto

Publié le par Alain GYRE

La légende du Babakoto

La légende du Babakoto

 

Une légende locale raconte ainsi l’origine de l’indri :

 

Un jour, un homme appelé Koto et son jeune fils ont quitté leur village pour aller ramasser du miel dans la forêt.

Voyant qu’ils ne rentraient pas, les villageois sont partis à leur recherche.

Ils n’ont jamais trouvé le père et l’enfant, mais, ils ont vu deux indris perchés dans les arbres et qui les regardaient.

Les villageois, en ont conclu que Koto et son fils s’étaient mystérieusement transformés en lémuriens, d’où le nom malgache de l’indri, le babakoto, qui signifie « papa Koto »

Heureusement pour cet extraordinaire lémurien, grâce à son « ascendance » humaine, il s’avère fady (tabou) de le tuer ou de le manger.

 

 

Autre version :

Son nom malgache, "babakoto", signifie "le fils du père" ... la légende raconte qu'un indri sauva un enfant et son père. Ils étaient venus cueillir du miel en forêt; le père était grimpé avec l'enfant, le laissant sur une branche. Il chuta de l'arbre, laissant l'enfant en hauteur. Alerté par ses cris, un indri se chargea de le redescendre, lui permettant d'aller au village chercher des secours pour son père blessé et immobilisé.

 

 A dater de ce jour, chasser l'indri est "fady" , interdit

 

Autre version :

Un jeune garçon, appelé KOTO,  est allé en forêt pour ramasser du miel sauvage.

Tout à coup, il fut piqué gravement par de nombreuses abeilles.

Il était très mal et perdit l'équilibre, mais, il fut ramassé par un de mes ancêtres, un indri, qui le ramena sur son dos chez lui.

 

Il est interdit de tuer les "indri ou babakoto".

 

Autre version :

Koto (prononcer "coute") est un petit garçon. Un jour il est parti chercher du miel sauvage dans la forêt. Les malgaches consomment le miel mais ils ne savent pas élever les abeilles. Alors il faut aller recueillir le miel dans les arbres.

Koto monte très haut. Mais alors qu'il est en plein travail, une abeille, pas contente du tout, le pique cruellement.

La douleur empêche maintenant Koto de redescendre : il a mal et très peur. Il sait qu'il risque de tomber, de se faire très mal, de mourir peut-être.

Il est observé par un grand Indri qui a tout vu et qui a pitié du pauvre garçon. Alors, cet Indri l'aide à redescendre en le prenant sur son dos. Alors qu'il était en danger de mort, Koto se retrouve sain et sauf sur le sol. Une deuxième naissance en quelque sorte et donc l'Indri est son deuxième père.

 

Alors, par respect, les malgaches donnèrent à l'Indri ce nom de "Babakoto" : le père (baba) de Koto.

 

Autre version

Le Babakoto

(Betsimisaraka)

 

Il y avait, une fois, un homme et une femme qui avaient faim.

Ils allèrent dans la forêt pour chercher de la nourriture.

La femme ne tarda pas à donner le jour à un enfant, puis deux, puis trois ; puis, un très grand nombre.

Ils se nourrissaient d'herbes et de racines crues.

Une partie de ces enfants se mit à planter du riz.

Les autres, peu enclins au travail, continuèrent à vivre d'herbes et de racines.

Ceux qui' cultivaient le riz sont les ancêtres des hommes; les autres firent souche de Babakoto.

 

Les Babakoto sont frères des hommes, et il est défendu de leur donner la chasse et de les tuer.

 

 

Publié dans Légendes

Commenter cet article