La maison malgache du temps d'Andrianampoinimerina

Publié le par Alain GYRE

Les sillons du passé : La maison malgache du temps d’Andrianampoinimerina

Jeudi, 02 Août 2012

En 1810, à la mort du Roi Andrianampoinimerina, la Capitale ne comptait qu’environ 15 000 habitants. Comment étaient les maisons à cette époque ? La description fait par Grandidier souligne que les plus belles maisons étaient en bois débité à l’herminette. Les toits étaient couverts de joncs, les portes n’avaient ni gonds, ni charnières. Les fenêtres n’avaient pas de vitre. C’était seulement en 1874 qu’un Américain du nom de W. Marks avait offert des vitres à Ranavalona II pour un palais dans l’enceinte de Manjakamiadana. En 1810, les murs de la maison étaient tapissés intérieurement d’un enduit de glaise mélangée de bouse animale. Des nattes formaient l’ameublement. Sur les portes un rudiment de sculpture, revêtant la forme d’un sein féminin, symbolisait la vie domestique et l’hospitalité. Au faîtage, deux bras en croix signalaient les habitations des nobles. Les principales étaient à étage. La maison du roi ne différait guère des autres. Quant aux gens moins aisées, leurs maisons étaient faites de pisé enduit sur des claies dressées sur des piquets plantés à même le sol. On y vivait en commun avec les animaux domestiques.

Z.R

Midi Madagasikara

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article