"La peau de la vache noire est tendue" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Voahenjana ny hoditr’ilay reniomby mainty,

voahenjana tsy nahahy,

voahenjana ao anaty aloka fito sosona.

 

Fa iza no namono ilay reniomby mainty,

maty tsy nimà, maty tsy nitrena,

maty tsy nenjehina

eto amin’ity tanin’ahitra mamony kintana ?

Io izy mivalandotra co amin’ny antsasaky ny lanitra.

 

Voahenjana ny hoditra,

eo ambonin’ny vatam-peon’ny rivotra

izay sokirin’ny jinan’ny torimaso.

 

Dia vonona ny amponga

nony efa milefan-tenina

ny tandroky ny zanakomby voavonjy

izay mifalihavanja

ary miraotr’ahitra eny an-tendrombohitra.

 

Hiraondraona,eo izy,

ary ny fankatoavany dia zary nofy

mandra-pahaveloman’ilay reniomby mainty indray,

fotsy sy mavokely,

eo amoron’ny onin’ny fahazavana.

 

 

La peau de la vache noire est tendue,

tendue sans être mise à sécher,

tendue dans l’ombre septuple.

 

Mais qui a abattu la vache noire,

morte sans avoir mugi, morte sans avoir beuglé,

morte sans avoir été poursuivie

sur cette prairie fleurie d’étoiles ?

 

La voici qui gît dans la moitié du ciel.

 

Tendue est la peau

sur la boîte de résonance du vent

que sculptent les esprits du sommeil.

 

Et le tambour est prêt

lorsque se couronnent de glaïeuls

les cornes du veau délivré

qui bondit

et broute les herbes des collines.

 

Il y résonnera,

et ses incantations deviendront rêves

jusqu’au moment où la vache noire ressuscitera,

blanche et rose,

devant un fleuve de lumière.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

Publié dans Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article