La poésie au service du pays

Publié le par Alain GYRE

Cgm : La poésie au service du pays

1-poeme.jpg

les membres du Faribolana Sandratra ont donné samedi la version poétique de La Nation, au CGM

Les poètes du Faribolana Sandratra se sont quand même convenus que Mada­gascar n'est pas seulement pauvreté, avidité et tous les vices imaginables. Samedi vers 15h au Cgm à Analakely, l'association des poètes a proposé un voyage poétique autour du thème : la nation. Dès les premiers vers, les déclameurs et déclameuses n'ont pas été tendres envers ce Madagascar en proie à la misère et à la cupidité de certains. Des créations de Solofo José comme « Avy aiza ilay kalak » ont été récitées, avec une mise en scène spécifique. « Ce sont tous les membres du Faribolana Sandra­tra qui ont été présents », a ex­pliqué Tahirintsoa, membre actif et participant au spectacle. D'autant que la journée mondiale de la poésie a été célébrée la semaine dernière. La portée de l'évènement a été doublée de l'approche de la date du 29 mars, chère à ces amateurs de beaux vers.
Le déroulement de « Manankasitsara » s'est divisé en quatre parties. Au fur et à mesure qu'avançaient les minutes, les Avelo Nidor, Ony Lihajanirina et Soa Ambinintsoa, ont eu la gachette facile. Pressant là où ça fait mal grâce à des poésies de Ngaly comme « Velona sy vanina ». Vers la fin, les poètes ont fait renaître l'espoir grâce à des vers d'Élie Rajaonarison dans sa poésie intitulée « Mihira ry tendrombohitra ». La déclamation poétique de samedi après midi au Cgm a été suivie par une salle comble. Malgré tout, la poésie a encore une grande marge de manœuvre.

Maminirina Rado

Lundi 25 mars 2013

L’Express

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article