La poésie du naturel par Fabrice Delannoy

Publié le par Alain GYRE

La poésie du naturel par Fabrice Delannoy

 

 

20.02.2014

 

Le meilleur des photos de Fabrice Delannoy à découvrir au Louvre Antaninarenina. L’humanisme dans tous ses états.

 expo-fabrice-3.jpg

Chez Fabrice Delannoy, les photos parlent d’elles-mêmes. Sans fioritures ni artifices, le noir et blanc suffit à lui tout seul pour exprimer les scènes de la vie quotidienne. « Un style qui prête parfaitement à l’humanisme », comme l’aime à préciser ce photographe de guerre installé définitivement à Madagascar depuis cinq ans. Il expose ses clichés dans le hall de l’Hôtel du Louvre Antanina­renina du 21 février jusqu’au 21 mars.

On y retrouve des photos qu’il a déjà exposées. À l’image de ces deux jeunes femmes qu’il intitule Danger. Les corps noirs ruisselants, têtes tournées vers l’Océan, les vagues qui arrivent, les gouttelettes d’eau qui scintillent comme des perles. Une image poétique qui immortalise ce moment précis où ces deux pêcheuses en eaux troubles et froides sur la côte est de Madagascar tentent d’échapper aux vagues. C’est l’un des clichés qu’il a vendu un peu partout dans le monde et qu’il aimerait partager avec le public malgache.

Des clichés au naturel, pas de mise en scène. Fabrice Delannoy s’est spécialisé dans la capture de ces instants magiques, véritables « brève complicité entre la prévoyance et le hasard », comme le dit si bien John Stuart Mill.

Moments attendrissants

Des enfants pris par la fièvre des jeux, les mères de famille en plein dans leurs occupations quotidiennes sans parler de ces moments attendrissants que partagent une petite fille avec son petit frère. Il faut le voir.

« Je ne retouche jamais mes photos. Je suis fâché avec l’informatique. Encore moins de la mise en scène. Je ne dis pas aux gens de ne plus bouger. J’attends le moment précis et la capture avant même que les gens s’en rendent compte », a expliqué le photographe.

Les enfants sont omniprésents dans cette exposition. En 2010, il a sorti un livre intitulé « L’enfance dans tous ces états » aux éditions Studiopresse où il livre des portraits d’enfants dépourvus des « tromperies » et de la « mauvaise foi » des adultes. Un sourire, un regard ou tout simplement le plaisir qui se laisse deviner.

 

Domoina Ratsara

L'Express de Madagascar

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article