La qualité des pois du Cap se dégrade

Publié le par Alain GYRE

 

La qualité des pois du cap se dégrade

1-pois-du-cap.jpg

 

Les pois du cap tendent à devenir des produits de luxe

Le prix du pois du cap chez les producteurs a été multiplié par trois, en 2012. La qualité des produits laisse de plus en plus à désirer.

La prise en main est de mise. La fi­lière pois du cap ne cesse de som­brer. Les exportateurs rapportent que la qualité est en perpétuelle dégradation. Le volume de production continue, également, à baisser, d'année en année. Comme le produit devient de plus en plus rare, le prix aux producteurs a grimpé. Des exportateurs rapportent une hausse multipliée par trois. Les pois du cap tendent à devenir des produits de luxe.
« Notre volume d'exportation a fortement baissé en 2012. Nous n'avons expédié que
10 % de la prévision initiale. Je pense que les autres exportateurs ont rencontré le même problème. Il est devenu de plus en plus difficile de trouver du pois du cap qui respecte les exigences du marché. Il y a trop de corps étrangers et les grains sont cassés », déplore Faly Rasamimanana, exportateur de litchis et de grains secs. « Et pourtant, le prix aux producteurs a fortement augmenté. Si, auparavant, nous avons acheté le kilo de tout venant à 500 ariary, il a été de 1 500 ariary, en 2012», rajoute -t-il.
De plus en plus rare
Comparé au marché local, ce prix est moins intéressant. Il a varié, par exemple, entre 1 800 et 2 600 ariary le kilo sur le marché tananarivien, en 2012. En 2011, le kilo du pois du cap a toujours tourné autour de 800 ariary. Des producteurs préfèrent approvisionner le marché local plutôt que de vendre leurs produits aux exportateurs. En plus, les collecteurs locaux sont moins exigeants en termes de qualité.
« Les pois du cap sont de plus en plus rares, ce qui explique cette flambée du prix. Ceux que nous vendons proviennent du sud de Madagascar », a confié Berthine Rasoa­nandrasana, collecteur de grains secs au marché d'Anosibe.

Judicaëlle Saraléa

Mardi 08 janvier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article