La saison du raisin devient indéfinissable

Publié le par Alain GYRE

La saison du raisin devient indéfinissable

vendredi 11 janvier 2013, par Andrianjohary Noroelisoa

vue-vignes.jpg

 

6000 ariary le kilogramme de raisin à Anosibe s’il est à 5000 ariary à Analakely. Le raisin commence tout juste à apparaître sur le marché. Ce qui signifie qu’il est encore rare de le voir s’étaler sur les étals des commerçants. Les marchands d’Analakely regrettent le retard de la maturité et de la récolte de ce produit fruitier, s’il y a cinq ans environ, la population de la capitale en jouissait à partir du mois de décembre. « Ce retard est causé par les caprices de la pluie » déclarent-ils. Et eux-mêmes d’ajouter, qu’il est actuellement difficile de définir la délimitation de chaque saison à cause du changement climatique qui fait que la saison de production et de récolte varie elle aussi.

Les marchands d’Anosibe, quant à eux, affirment que cette année le raisin a, au contraire, été un peu précoce. « Le raisin ne monte sur le marché qu’à la fin du mois de janvier ou au début du mois de février, normalement », déclarent-ils.

Mais tous ces marchands affirment que le prix excessivement élevé de ce produit est dû à sa rareté et aux multiples vertus du raisin par rapport aux autres fruits.

Les marchands d’Analakely affirment s’approvisionner en raisin au marché d’Anosibe. Un fait qui surprend, puisque le prix du raisin à Anosibe est plus élevé par rapport au prix proposé à Analakely. En effet, même si les marchands d’Analakely prennent le raisin au prix de gros, il est évident qu’ils n’obtiennent que trop peu de gain. Le prix de gros du raisin est de 22 000 ariary le « kesika » (cageot), comme le disent les marchands.

La Vérité

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article