La terre, le maïs et l'homme.

Publié le par Alain GYRE

237 La terre, le maïs et l’homme.
ConteAntaimorona
recueilli à Mananjary

Au cours des ans, les poussières, dit-on, emportées de très loin par les vents, s'amassèrent et finirent par former la terre.

La pluie qui tombait modela les montagnes et les vallées et dans les creux accumula les eaux pour former les rivières.

Le hazomanga (1), le bananier et le maïs furent les premières plantes qui, ensuite, poussèrent à la surface de la terre.

Un jour, dit-on, le maïs abattu par le vent resta couché sur le sol et sa tige se mit à pourrir.
Peu après en sortirent des petits vers appelés olitra. Ils grandirent d'une façon extraordinaire et se transformèrent en hommes (olona).

 

Ainsi les hommes, dit-on, sont sortis de la tige du maïs.

 

(1)   Plantemédicinale.

 

 

206 bis La terre, le maïs et l’homme.
Conte Sakalave
Recueilli dans le cercle de Maivatana,

pays Sakalave.

 

D'après les croyances des habitants et les récits des historiens sakalaves, il y a un Dieu nommé Ndrianakatsakatra qui a créé le ciel, les astres et la terre.

Ce Dieu existe toujours dans le ciel.

Quand il eut terminé son travail, il fit une femme qu'il appela Nndrianabolisy, et qu'il conserva près de lui; il fit aussi un homme auquel il donna le nom de Radisonnankonjy et des animaux pour demeurer sur la terre.

Quelque temps après, Ndrianabolisy eut une fille du nom de Ndriantomva. Ndriantomva, devint grande et demanda a. ses parents de faire un voyage sur la terre et d'aller voir l'homme qui y régnait.

Ils accédèrent à son désir en lui disant :

« Vous pouvez y aller, mais tâchez de ne pas rester trop longtemps et de bien
regarder tous ceux qui sont créés par votre père. »

La fille partit. Arrivée sur la terre, elle vit de suite le premier homme qui était tout seul
et lui dit :

« Je viens vous voir et me promener dans votre royaume. »

Radisonnankonjy fut très étonné en apercevant cette belle fille, il ne savait que
répondre.

« N'ayez pas peur de moi, je viens simplement pour vous rendre visite. »

Ces belles paroles rassurèrent le Roi de la Terre, et il demanda :

«  d'où venez-vous, et qui êtes-vous ? »

« Je suis la fille du roi du ciel, je viens faire visite à la terre »

Comme Ndriantomva paraissait belle et douce, le roi de la terre lui demanda d'être
sa femme.

Elle accepta et demeura avec lui.

N'ayant à manger que du manioc, des patates, du maïs, elle n'était pas très contente, un
jour elle dit :

« Mon cher mari, depuis que je suis avec vous, je n'ai pas encore mangé de riz, aussi je vais aller chez mes parents, accompagnez-moi. »

Radisonnankonjy qui aimait beaucoup son épouse la suivit.

A leur arrivée dans le ciel, le Dieu Ndrianakatsakatra se fâcha contre sa fille en voyant l'homme qui était venu avec elle.

«  Ma fille, dit-il, tu nous as menti en nous demandant d'aller sur la terre seulement
pour t'y promener. Maintenant tu es mariée avec l'homme que j'avais fait pour être notre esclave, tu m'as déshonoré, tu peux repartir avec ton mari et ne plus revenir. »

Ces paroles remplirent de tristesse la fille du roi du Ciel, elle se prépara à regagner
la terre avec son mari, après avoir eu soin de cacher un peu de paddy dans son lamba pour semer sur la terre.

Arrivés dans leur palais terrestre, Ndriantomva montra à son mari comment on cultivait le riz.

Plus tard, le premier couple eut deux garçons et trois filles. Quand tous ces enfants furent grands, la mère mourut, ses genoux se changèrent en hérisson (soidna ou tambotrika), le reste de son corps en boa.

Ndrianakatsakatra est donc le Dieu qui a créé l'univers d'après les récits des habitants du pays, et quand on veut obtenir quelque chose, par exemple quand une femme désire être mère, un voyageur revenir dans ses foyers, on adresse à Ndrianakatsakatra la prière suivante :

«  Mon Dieu, qui régnez dans le ciel, écoutez votre pauvre serviteur, ici-bas, et aidez-le peur qu'il réussisse dans ses projets. »

Telle est la croyance qui règne encore dans ce pays.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

 



Publié dans Contes de Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article