"Lames d’eau, verres étincelants" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Lames d’eau, verres étincelants

- lunettes pour myope ou pour presbyte ?-

velours de prunelles

lisse comme le cuir blanc des lis

et plus fragile qu’ongle d’enfant.

 

Les vents naissent au-delà des montagnes

et glissent jusqu’ici où dorment les plantes

qu’ils saccagent puis abandonnent.

 

Elan de lumière à leur poursuite

jusqu’au désert sidéral

jonché de lames d’eau, de verres

et de velours de prunelles

luisant silencieusement

et indiquant une route herbeuse

entrecoupée de fleuves caillouteux,

à cette lune borgne

qui y chancelle

et qu’égarerait le moindre tremblement de ces cils.

 

Ela-drano, fitara-mamiratra

- solomaso ho am-pahina, sa ho an-jokiny ?-

vilaorin’anakandriamaso

malambo toy ny hoditra fotsin’ny lisy,

ary mora poritra mihoatra noho ny hohon’ankizy…

 

Teraka ny rivotra any ankoatry ny tendrombohitra,

ary mandady hatrary izay atorian’ny zava-maniry

izay baboiny dia ilaozany.

 

Eza-pahazavana manenjika azy

hatrany amin’ny efitry ny kintana

voafafy ela-drano sy fitaratra

aman-bilaorin’anakandriamaso

manjelatra amin-panginana

ary manoro làlana feno ahitra

tapatapahin’ony feno vatokely

amin’ity volana toka-maso

izay mandraingiraingy eo

ary hoverin’ny fipararetran’ny volomasony kely indrindra.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’Ny Alina

Editions Tsipika

 

 

 

Commenter cet article