Le 29 mars 1947 à Vangaindrano

Publié le par Alain GYRE

Le 29 mars 1947 à Vangaindrano: Hommage à feu Fanodira Isandratry

     

 

Jeudi, 28 Mars 2013

Certes, pendant l’insurrection du 29 mars 1947, la population de Vangaindrano n’a pas participé directement à la rébellion, faute de ne pas avoir averti à temps.

Le télégramme signé par les trois parlementaires malgaches : RAVOAHANGY, RASETA, RABEMANANJARA, a été intercepté et saisi par l’administration coloniale. Cependant, des arrestations ont été opérées contre presque tous les lonaky, tel est le cas de l’Ampazaka Imboity1.

En effet, plus d’un millier de personnes ont été arrêtées et placées sous mandat de dépôt pour rébellion. Alors qu’en fait, il n’a pas eu soulèvement proprement dit à Vangaindrano ? c’est ainsi qu’après avoir constaté que le calme était revenu, FANODIRA ISANDRATRY, greffier du Tribunal de Vangaindrano, a intervenu auprès du Procureur Général en tournée en avril 1947, pour la libération des détenus pour cause de rébellion et sans aucun chef d’inculpation n’a été retenu. Si cet acte est en fait, dicté par la conscience professionnelle du greffier, les leaders politiques du Padesm l’ont accusé de connivence et de complicité avec le Mdrm.

Ainsi, il était révoqué pour incapacité morale2.

Mais, ce dernier a demandé l’annulation de cette décision auprès de la juridiction administrative compétente. Et, le juge administratif lui donné gain de cause et ordonné son réintégration. Ainsi, au début des années 50, el était redevenu greffier au Tribunal d’Ihosy.

Bernard. ANDRIAMAMOHITRARIVO FANODIRA

Juriste du droit de l’économie internationale et du développement.

1- Bernard. ANDRIAMAMOHITRARIVO FANODIRA, « Analyse sociopolitique des Lonaky et les élections présidentielles du 12 mars à Vangaindrano », Mémoire de Diplôme de Maîtrise en Droit Public et Science Politique, Faculté de Droit, Université d’Antananarivo, 1990, p. 53

2- B.A FANODIRA, Op cit

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article