Le baobab et son environnement en valeur

Publié le par Alain GYRE

Alliance Française d’Andavamamba: Le baobab et son environnement en valeur !

     

 

Vendredi, 24 Août 2012

Les baobabs constituent depuis toujours une identité de l’Afrique. Ils sont considérés comme un patrimoine biologique, et aussi une richesse de la Grande Ile. Car le pays abrite les 7 espèces sur les 8 connues au monde. Qui plus est, 6 d’entre eux sont endémiques. C’est ainsi que le Cirad et ses partenaires malgaches à savoir le Fofifa, l’Université d’Antananarivo, le Madagascar National Parks et l’Ong Fanamby présentent une grande exposition relative aux baobabs, sous le thème « Les baobabs: des géants bien mystérieux ». À travers cette exposition, les Tananariviens auront le privilège d’en savoir plus concernant les parties Sud et Sud-ouest de la Grande Ile. Selon les recherches effectuées, la vie de la population dans ces zones tourne autour de ces baobabs, tant sur le plan économique, social aussi bien culturel.

Les baobabs sont considérés comme des arbres sacrés dans ces zones. En effet, les populations riveraines les considèrent à bien des égards comme leur protecteur et les respectent. Sans oublier que les baobabs sont très utilisés dans la vie quotidienne. A titre d’exemple, son écorce est une source calcium, en dehors du fait qu’elle peut être utilisée pour la toiture et la corde. Quant aux feuilles, elles sont utilisées pour le traitement des diarrhées, les fruits pouvant être transformés en jus, les graines fournissant une excellente huile alimentaire. Enfin, à partir des Baobabs tombés poussent des champignons comestibles très appréciés.

Concernant sa taille, un baobab constitue un véritable monument historique avec ses 30 à 40 mètres de hauteur, son tronc pouvant atteindre 30 mètres de circonférence, rien que pour un arbre de 15 mètres de haut. A Madagascar on rencontre surtout l’espèce Adansonia Madagascariensis, Adansonia digitata, Adansonia. suarezensis, Adansonia. Za, Adansonia. Perrieri, Adansonia Grandidieri, Adansonia. Rubrostipa. Le baobab le plus courant a pour nom scientifique Adansonia Digitata, et fait partie de la famille des bombacacées. Pour favoriser une gestion durable des baobabs et de leurs écosystèmes, une association Fomba ou Amis des Baobabs de Madagascar a été créée depuis 2008, visant à participer aux actions de conservation des baobabs, à leur protection et à leur sauvegarde.

Par ailleurs, à travers un voyage dans le temps et dans l’espace, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, les chercheurs et étudiants français et malgaches présentent les baobabs et les mystères qui les entourent jusqu’à la fin du mois de novembre à l’Alliance française d’Andavamanba. Cet événement vise également à apporter les connaissances scientifiques nécessaires pour poser les bases d’une conservation effective et d’une gestion durable de ce patrimoine biologique unique qui constitue un emblème pour Madagascar.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article