Le bien et le Mal.

Publié le par Alain GYRE

266 Le Bien et le Mal.

La pluie tombait à torrents. Les grosses larmes du ciel de safary (1)  trempaient la créature jusqu’à la moelle. Ruisseaux et rivières grondaient terriblement.

Dieu, Zanahary, passa, transporté en fitakona (2) par ses serviteurs. Ils traversèrent une rivière et l’eau s’arrêta de couler, formant une allée pour le Créateur.

Après la traversée, Dieu, Zanahary, suspendit leur marche pour se reposer un peu de l’autre côté de la rivière.

Peu de temps après, le Bien surgit. Il s’arrêta sur la rive, barré par la rivière en furie, et cria :

-          Je vous prie de me faire traverser, ces gens-là !

-          Qui ^tes-vous ? demanda le Créateur.

-          Je suis le Bien, répondit-il. Tout ce que j’ai, je le donne aussi bien à ceux qui mendient à ma porte qu’à ceux qui ne me demandent rien.

-          Faites-le traverser ! ordonna le Créateur à ses serviteurs.

Quelques instants plus tard, le Mal apparut et rencontra le même obstacle. Il lança lui aussi un appel :

-          Je vous prie de me faire traverser, ces gens-là !

-          Qui êtes-vous ?

-          Je suis le Mal. Tout ce que j’ai, je ne le donne à personne, même à ceux qui mendient à ma porte.

-          Ne le faites pas traverser.

 

(1)   Safary : mois lunaire tandroy. Il correspond au mois de décembre

(2)   Fitakona : ancien outil de transport tandroy. Il fallait quatre personnes (deux de chaque côté) pour assurer le transport.

.

 

Contes et légendes Tandroy

SAMBO adaptation Olivier BLEYS

L’Harmattan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article