Le bilan des intempéries s’alourdit

Publié le par Alain GYRE

Le bilan des intempéries s’alourdit

andravoahangy-1.jpg

andravoahangy 1

 

20.01.2014

 

Trois morts, deux disparus et un millier de sans abris. Le bilan humain et les dégâts matériels s’amplifient et risquent d’empirer avec une autre masse nuageuse.

Dans le Canal de Mozambique, la perturbation cyclonique Deliwe continue de se déplacer vers le Sud-Ouest en s’éloignant des côtes malgaches. Par contre, la branche de la zone de convergence intertropicale qui se trouve entre les régions de Boeny et Melaky commence désormais à s’affaiblir, a fait savoir le bulletin du service météorologique d’Ampan­drianomby, hier. Malgré cette « bonne » nouvelle, le service météorologique a indiqué qu’une masse nuageuse était prévue aggraver le temps qu’il fera dans le Nord-Est. Même la capitale pourrait être affectée par cette nouvelle zone de convergence inter-tropicale. Aussi les habitants des régions de Boeny, Melaky, Menabe et Atsimo Andrefana sont encore priés d’être vigilants face aux crues des rivières.

Cette alerte est justifiée par l’augmentation du nombre de victimes du cyclone Deliwe et de la masse nuageuse. Aussi une femme dans le fokontany d’Andrano­voribe, commune de Main­tirano, est-elle décédée après avoir glissé dans un canal d’irrigation. Un homme et une femme emportés par la crue du fleuve de Namelaha dans le fokontany de Mafaijijo, district de

Main­tirano, ont aussi trouvé la mort. Le sort de deux femmes à bord d’une pirogue qui a été emportée par le fleuve de Mahajamba, district de Mitsinjo dans la région Boeny, demeure encore incertain.

Des familles déplacées

Le nombre de sans-abri hébergés provisoirement

dans des écoles primaires publiques, bureaux de fokontany et gymnases, est aussi monté en flèche ces dernières 24h.  Six cent trente huit personnes, selon le bureau de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), ont été contraintes de quitter leurs foyers suite à la montée des eaux dans cinq fokontany de la commune urbaine de Mahajanga. À Toliara, trois cent soixante et onze personnes ont, par contre, trouvé refuge dans les bureaux du Fokontany d’Anketa, quarante personnes sur dix familles, et dans le gymnase de Mahavatse, trois cent trente et une personnes sur cent familles.

Les eaux stagnantes, selon toujours le BNGRC, durant plusieurs jours dans les quartiers de la ville de Toliara seraient à craindre. La population de cette zone pourrait ainsi faire face à un risque de maladies diarrhéique et dermatologique. À part des communes isolées comme dans les régions de Boeny et Melaky, trois écoles et cinq puits d’eau potable sont aussi endommagés.

L'Express de Madagascar

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article