Le caïman.

Publié le par Alain GYRE

159 Le caïman (1).
(Betsimisaraka)

Légende

 

 

On dit que des vieilles femmes se rendent, le soir, sur le bord des rivières où elles se livrent à des caïmans.

Des sorciers, dit-on aussi, ont en leur pouvoir des caïmans avec lesquels ils s'entretiennent comme avec des hommes.

Si le sorcier change de village, le caïman le suit, par eau, et se rend au nouveau domicile de son maître.

 

 

 

Le caïman.

Ces animaux mangent les hommes que le sorcier leur désigne.

Il est inutile de leur tendre des pièges pour les attraper.

Les charmes dont ils sont munis les gardent contre toute espèce de danger, contre la balle de l'Européen et l'hameçon du Malgache.

(1) Recueilli en 1887 à Vohimasina (Fénérive), petit port de la côte orientale au nord de Tamatave. Le texte m'en a été dicté par un Betsimisaraka.

Contes populaires malgaches

Recueillis, traduits et annotés par

Gabriel FERRAND

Editeur : E. Leroux (Paris) 1893

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article