Conte: Le chat et le rat

Publié le par Alain GYRE

 

2 Le Chat et le Rat.

 

 

 

 

Conte: Le chat et le rat

Aux temps lointains où chats et rats étaient amis,

Pour traverser une rivière

Où grouillaient à foison de gros caïmans gris,

Rapiche et Voualave, un beau rat de rizière,

Gravement conféraient.

De construire une régate

Ils rêvaient.

« Je gage, dit le chat, qu’avec une patate

Enorme, en t’aidant

De tes dents

Acérées,

Coupantes comme un canif,

Tu creuserais bien vite un confortable esquif

Qui, sur la rive désirée,

Nous déposerait sans danger.

Je t’admire, Rapiche,

Répond Ronge-paddy. Je n’aurais pas songé

Qu’un tubercule, un jour, pût faire une péniche. »

Une grosse patate à quelques pas gisait :

Voualave aussitôt se met à creuser.

Quelques instants après, dans la pirogue prête,

Ils s’asseyent tous deux très confortablement.

Cette entreprise est une fête

Qui les amuse follement.

Le chat prend la pagaie et sillonne la route.

Ils avancent, joyeux, quand au courant s’ajoute

Un vent si fort qu’il les empêche d’aborder.

Voualave, gourmand, navré d’être attardé,

Trouve que la faim le harcèle

Et se dit :

« Le fond de la nacelle,

Epais encore, pourrait calmer mon appétit.

Rapiche tient la barre,

Il ne pourra pas s’opposer

Au repas que je vais oser. »

Ce pensant, notre ignare

Ronge,

Et bientôt, le bateau percé

Plonge,

Immergeant les deux insensés.

Au prix de durs efforts, le chat gagne la rive.

Le rat, parfait nageur,

Bien avant lui, l’y attendait, moqueur.

Rapiche, furieux, par ces mots l’invective :

« Sois maudit, vil rongeur qui faillis me noyer ;

Tes descendants et toi, vous serez châtiés

Sans merci par les miens. » Puis sa griffe exercée,

Vengeresse, saisit le persifleur honni

Dont il ne fait qu’une bouchée.

Les gourmands sont toujours punis.

Depuis ce jour, néfaste à la gent grignoteuse,

Piche poursuit Raton d’une fureur haineuse,

Et, même si les temps ne leur sont pas ingrats,

Les chats mangent les rats

Contes malgaches

Autour du dzire

Texte de J. Landeroin

Librairie Delagrave 1925

Commenter cet article