Le chat sauvage et le chien.

Publié le par Alain GYRE

256 Le chat sauvage et le chien.
Conte Tanala

 

On raconte qu'un jour, un chien vit un chat sauvage dans un fossé.

Le chat se mit à parler au chien et dit :

«  allez-vous, mon aîné avec votre gueule pleine portant un hérisson aussi piquant que le couteau tranchant. »

« Moi, dit le chien, je me promène, et vous, que faites-vous ? »

« Voulez-vous que nous fassions le serment du sang, répondit le chat. »

Le chien y consentit et tous deux furent amis.

 

Un jour le chien dit au chat :

« Tissons un lamba fait de chanvre et quand il sera terminé, nous le vendrons
pour acheter un bœuf. »

La chose fut entendue, et le chien acheta du chanvre cuit.

« Que voulez-vous faire, dit le chien au chat, tisser le lamba ou le vendre après qu'il aura été tissé? »

« J'aimerais mieux le vendre répliqua le chat. »

Le chien se mit à confectionner la toile si bien qu'au bout de trois jours, l'ouvrage était terminé.

« Vous allez maintenant le vendre, dit le chien. »

C'était justement lundi, jour de marché.

Le chat s'y rendit mais arrivé non loin, les hommes en le voyant se mirent à crier :

« Voilà bien un chat sauvage vêtu avec un lamba! »

Le chat plein d'effroi se sauva et revenant près du chien lui dit :

 « Allez vendre le lamba vous-même, mon ami, car je suis connu de tous. Quant au bœuf, je l'achèterai. »

Le jeudi, le chien alla au marché et ne revint chez lui qu'après avoir vendu le lamba.

Le samedi, le chat à son tour alla au marché avec l'espoir d'acheter un bœuf.

Tout le monde rit de lui, car c'était, disait-on, « un chat sauvage montant au marché »

De nouveau très enrayé le pauvre chat reprit sa course vers sa demeure, et il dit :

« Allez-vous en, acheter au marché, mon aîné, car tout le monde me connaît, tandis qu'il me convient de garder le bœuf. »

Une seconde fois, le chien alla au marché pour acheter des bœufs.

L'un d'eux était vache, l'autre taureau.

Quand le chien fut de retour, il dit à son compagnon de choisir ce qu'il désirait parmiles deux animaux venant d'être achetés.

Le chat prit le taureau croyant que c'était une vache.

Lorsque le choix fut fait, le chien prévint son ami que lui, chien, avait pris véritablement une vache.

Le chat crut que le chien voulait le tromper, ce qui n'était pas, et resta convaincu que c'était lui, chat, qui avait la vache.

Cependant après une année, la vache du chien eut un veau et le chat en fut étonné.

Lorsque le chien fut parti en promenade, le chat coupa les pieds du veau appartenant
au chien.

Il les introduisit dans l'anus de son taureau, et courut rapidement vers le chien en lui disant que son taureau allait vêler et que les pieds du veau allaient apparaître.

Le chien fut émerveillé, mais dès qu'il jeta un regard sur son taureau il comprit que
c'était les pieds de son veau qui allaient sortir de l'anus.

 

C'est dit-on pour cette raison que l'amitié du chat et du chien n'existe jamais.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article