Le chien, le chat sauvage et le coq

Publié le par Alain GYRE

Le chien, le chat sauvage et le coq
(Betsileo)

 

Le chat sauvage, le chien et le coq firent, dit-on, le serment de sang.

Le chien dit ;

« Allons jouer là-bas, compagnons, où il y a de l'espace. »

Les deux autres consentirent. Lorsqu'ils se furent amusés quelque peu, le chat sauvage dit au coq :

« Si nous ne jouons pas ordinairement ensemble, c'est à cause du feu de votre tête (1) (la crête de coq sent mauvais). »

« Ce n'est pas du tout du feu, répondit le coq; oh ! toi; touche-le donc. »

« Tu trahis, dit le chat sauvage, le serment de sang  j'ai vu le Feu, et tu dis que ça n'en est pas? »

« Touche donc, reprit le coq, tu verras si ça brûle. »

« Je veux bien toucher ta crête, mais ne remue pas. »

Il la toucha, puis voyant qu'il n'était pas brûlé, il saisit le coq, et s'enfuit en l'emportant dans son trou.

Le chien, voyant cela se mit en colère et lui dit :

« Pourquoi, ô chat sauvage, as-tu trahi ainsi le serment de sang en mangeant le coq ? »

« J'ai mangé de la viande et non mon frère de sang. (2)»

« Tu prends ton frère de sang pour de la viande, répliqua le chien? »

« Quand on chasse, répondit le chat sauvage, si on rencontre par hasard un trandraka (3) est-ce qu'on ne le prend pas ? »

Le chien dit au chat sauvage :

« Viens là-bas, chez nous, puisque tu aimes la viande, Randriambaomanana (4) donne des réjouissances populaires : il se sert des têtes de bœufs comme chaises et tisonne le feu avec les pieds. »

« Non, répondit le chat sauvage. Compère, l'homme nous connaît; je ne puis pas aller là»

« Allons, ajouta le chien, il y a beaucoup de viande là-bas. »

« L'homme nous connaît trop bien, reprit le chat sauvage; je ne vais pas où est l'homme. »

« Allons, oh ! toi, dit le chien, nous nous mettrons au milieu des chiens, et nous boirons le sang. »

Lorsque le chat sauvage sentit le sang, il accompagna le chien. Arrivé aux portes de la ville, il entra, et se glissa parmi les chiens. Tout à coup un homme se mit à crier :

« Eh ! chat sauvage ; Eh ! chat sauvage !»

« Me voici répondit le chat sauvage. Je savais bien que je serais reconnu, dit-il au chien ; tu ne voulais pas me croire; me voilà pris maintenant. »

« Tu peux t'attendre à des représailles, dit le chien, pour le mal que tu as causé. Tu as trahi ton frère de sang, compère; je t'abandonne aussi. Tue-le, homme, dit le chien. »

« C'est là le chat sauvage, dit l'homme. »

L'homme et le chien se précipitèrent sur le félin et le tuèrent.

Le chat sauvage et le chien devinrent ennemis parce que celui-là avait dévore son frère de sang, et la mort du chat sauvage fut inspirée au chien par son amitié pour le coq.

Le chien dit à ses enfants :

« Si l'un de vous voit un chat sauvage, courrez sus à lui et tuez-le, parce qu'il a tué mon ami. »

Le chat sauvage dit également à ses descendants :

« Ne mangez jamais de coqs, parce que l'un deux a été cause de la mort de notre ancêtre. Ne faisons pas de bruit; notre aïeul est mort discrètement comme le feu qui couve sous la cendre. Soyons surtout les derniers représentants de notre race. »

C'est pour cela que lorsque le chat sauvage a mangé une poule, il ne dit mot et meurt.(5)
 

(1) La couleur rouge de la crête du coq se traduit en malgache par le mot afo, feu.

(2) Le chat sauvage qui prétendait que la crête du coq était du feu pour qu'on l'engageât à s'assurer du contraire, veut essayer d'excuser le meurtre de son frère de sang en prétextant qu'il n'a mangé que de la viande dont la tête de coq rappelle la couleur.
(3)  Le trandaka ou trandraka (centetes setosus) est un espèce de hérisson dont les Malgaches sont très friands.

(4) Nom d’homme
(5) La fin du chat sauvage indique à quel point les Malgaches respectent le fatidra. Bien que le chat sauvage ait été puni de mort pour avoir tué son frère de sang, son crime retombe quand même sur ses descendants qui ne pourront manger de coq ou de poule qu'aux dépens de leur vie.


Contes populaires malgaches

Recueillis, traduits et annotés par

Gabriel FERRAND

Editeur : E. Leroux (Paris) 1893



 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article