Le chien, le sanglier et le caïman.

Publié le par Alain GYRE

260 Le chien, le sanglier et le caïman.
Conte Bara

 

Il y avait, dit-on, trois frères, qui s'appelaient Manga, Manolabahy et Baolava; et qui demeuraient ensemble.

Après la mort de leur père ils ne furent plus d'accord, se disputèrent et même se battirent.

D'après certains contes, voici comment ils se séparèrent.

Baolava dit :

 « Allons demeurer dans l'eau. »

 Mais les deux autres n'acceptèrent pas cette proposition et répondirent :

« Là, nous ne pourrions faire vivre notre femme ni nos enfants. »

« Moi qui suis simple, dit Manolabahy, je pense que nous pourrions fixer notre
demeure dans la forêt. »

Les deux autres repoussèrent cette idée, et Manga reprit :

« Nous n'y trouverions aucune nourriture, si vous m'approuvez, attachons-nous aux gens, de cette façon nous vivrons facilement. »

« Non, nous ne serons jamais d'accord, répliquèrent les deux autres, que chacun
choisisse sa destinée. »

Alors, Baolava plongea dans l'eau et devint le caïman, Manolabahy se dirigea vers la forêt et devint le sanglier, tandis que Manga cherchant à s'attacher à quelqu'un devint le chien.

Puis le jour fut soir et Manga alla passer la nuit dans un village à l'ouest de la demeure de Ravoay.

Arrivé au bord de l'eau il allait quitter son salaka (1) pour traverser la rivière, lorsqu'il
se rappela que son frère était maître du gué; alors il l'appela et lui proposa un salaire pour le faire passer. Ravoy le transporta de l'autre côté.

 

 

(1) Longue toile que les hommes passent entre les jambes et autour des reins.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article